Pneus neige, chaînes, chaussettes... quelles sont les obligations pour équiper sa voiture cet hiver ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par François Latour .

Les températures descendent, et une préoccupation tardive saisit tous les automobilistes : suis-je 'en règle' avec mon véhicule et la "loi montagne" ? Equipements d'hiver, quelles obligations, où et quand ? On vous explique !

Depuis le 1er novembre 2022, il est obligatoire de posséder des équipements d’hiver pour son véhicule.

Une obligation faite depuis le 1er novembre 2021, appelée “loi montagne”, obligeant les conducteurs dans certains départements de France à posséder ces équipements. La loi prévoit des sanctions si vous ne détenez pas les équipements nécessaires. En cas de manquement, vous risquez une amende de 135 € et l’immobilisation du véhicule, si les forces de l’ordre estiment qu’il ne peut pas poursuivre sa route dans de bonnes conditions de sécurité, notamment en cas de météo difficile ou de route enneigée. Le gouvernement a indiqué que les sanctions ne seraient pas appliquées a minima avant le 1er janvier 2023.

Les associations d'automobilistes favorables

Pour la deuxième année consécutive, l'obligation de détenir des équipements adaptés à la conduite en période hivernale est déployée. Entre le 1er novembre et le 31 mars, il est obligatoire d'équiper son véhicule avec 4 pneus hiver (ou toutes saisons) ou de détenir une paire de chaînes ou de chaussettes à neige pour les roues motrices, dans certaines communes des massifs montagneux (Alpes, Corse, Massif central, massif jurassien, Pyrénées, Massif vosgien). 34 départements sont concernés par l'obligation dans l'immédiat, mais 14 peuvent la mettre en place par arrêté préfectoral. Les communes concernées sont définies par des arrêtés préfectoraux. Les 4 départements bourguignons sont concernés.

Pour le compte de l'automobile-club association (ACA), Yves Carra en est le porte-parole. Contacté au sujet de l'application de la loi, il se veut rassurant : "Cette année, la loi montagne est de nouveau appliquée, mais on est encore dans la prévention. Je trouve, à travers les sondages qu'on a pu faire, que les Français acceptent bien cette loi, cette obligation, même s'ils n'étaient pas tous concernés, ou ne se sentaient pas tous concernés. On se rend bien compte que c'est pour des raisons de sécurité, on ne se retrouve pas bloqué quand il y a des épisodes neigeux."

Le porte-parole de l'association d'automobilistes rappelle l'esprit de la loi : "Attention, beaucoup de gens croient que les pneus hiver sont obligatoires ! Les équipements hiver sont obligatoires, oui, mais pas les pneus hiver, et cela que dans certaines régions. Si on a les moyens, on s'équipe de pneus hiver ou de pneus mixtes (toutes saisons), au pire on achète des chaînes ou des chaînes textiles (des "chaussettes"), c'est quelques dizaines d'euros, on les met dans le coffre, ça ne prend pas beaucoup de place. Il y a toujours une solution pour rouler en toute sécurité s'il y a des chutes de neige."

En pratique, l'automobile club association préconise 'les chaussettes'  : "c'est vraiment la solution de dépannage pour la ville, car attention, ça se détruit au-delà de 50 km/h. Les chaînes c'est plus lourd, c'est en cas de verglas, de neige et ascension de cols montagneux."

Les pneus mixtes (toutes saisons) : "ils restent toute l'année montés sur le véhicule, et ils sont plus efficaces que des pneus standard, dès les basses températures, même s'il ne neige pas."

Les professionnels du pneu confiants

Pour les professionnels du pneu, la saison hivernale se présente bien : les manufacturiers ont anticipé la demande, le stock est présent, et beaucoup de clients ont également prévu longtemps à l'avance de s'équiper, les premières demandes se sont effectuées début septembre.

Vanessa Langlet, cheffe d'agence Firststop Métifiot à Saint-Apollinaire (Côte-d'Or), explique qui sont les clients demandeurs : "il y a beaucoup de commerciaux, qui traversent des départements où la loi montagne est appliquée. Ils viennent s'équiper en pneus hiver ou bien prennent des chaussettes. Les parcs automobiles d'entreprises s'équipent beaucoup aussi."

Pour les particuliers, l'équipement en pneus hiver se porte sur les pneus toutes saisons : "il y a beaucoup de clients qui privilégient les pneus toutes saisons, ça ne les oblige pas à changer de pneus, ils vont pouvoir les garder toute l'année pour faire des économies. L'ordre de grandeur pour 4 pneus toutes saisons pour une citadine, c'est environ 500 euros." 

Une forte demande, alors que les prix ont bondi

En quelques années, le prix des pneus a augmenté : environ 30% en trois ans, à cause de la hausse des prix des matières premières. Une augmentation qui n'a pas freiné la demande, au contraire, comme l'explique Vanessa Langlet : "c'est pas la priorité, le prix ! Les clients veulent rouler en sécurité, et éviter la verbalisation dans d'autres départements !"

La solution plébiscitée pour l'instant : "On a une forte demande sur les chaînes textiles aussi : vous n'êtes pas obligé de mettre des pneus hiver ou des pneus toute saison, en cas de contrôle, si on a une paire de chaînes textiles dans la voiture, on n'est pas verbalisable. Au final, financièrement, cela coûte 70 euros, une paire de chaînes textiles. Contre une amende à 135 euros et l'immobilisation du véhicule, les gens font vite le calcul !"

Dans la plaine dijonnaise, la solution des "chaînes textiles"  est la plus recommandée, selon la professionnelle : "les chaînes c'est prévu pour les fortes neiges et le verglas et c'est obligatoire pour monter certains cols en haute montagne."

Les professionnels du pneu rappellent l'enjeu de la loi : "on rappelle aux clients d'être équipés pour la sécurité, et on ne sait pas quand les préfets décideront d'appliquer la verbalisation"

L'arrivée des premiers coups de froid est attendue avec beaucoup de sérénité de la part des professionnels du pneu : "on a prévenu nos clients à l'avance, ils ont beaucoup anticipé, il n'y aura pas de phénomène de rupture ou d'attente. Quant aux autres qui ne sont pas équipés, on les attend."

Les différents types de pneus, comment s'y retrouver ?

Pour les prochains hivers, de 2022 à 2024, l'appellation « pneu hiver » couvrira l'ensemble des pneus identifiés par l'un des marquages « M+S », « M.S » ou « M&S » ou par la présence conjointe du marquage du « symbole alpin » (reconnu sous l'appellation « 3PMSF » (3 Peak Mountain Snow Flake) et de l'un des marquages « M+S », « M.S » ou « M&S ».

L'obligation d'équipements hiver ne s'applique pas aux véhicules équipés de pneus à clous.

Les autocars, autobus et poids lourds sans remorque ni semi-remorque sont également soumis à ces obligations avec le choix entre les chaînes ou les pneus hiver. Les poids lourds avec remorque ou semi-remorque doivent quant à eux détenir des chaînes à neige permettant d'équiper au moins deux roues motrices, même s'ils sont équipés de pneus hiver.

À partir du 1er novembre 2024

Seuls les pneus neige relevant de l’appellation 3PMSF (3 Peak Mountain Snow Flake : le logo d'un flocon dessiné sur une montagne), que l’on peut reconnaitre grâce à la présence, sur leur flan, du symbole alpin et de l’un des marquages « M+S », « M.S » ou « M&S », seront admis en équivalence aux chaînes. Si l’achat et l’utilisation d’autres pneus neige ne seront pas interdits, vous devrez détenir, en plus, des chaînes pour circuler du 1er novembre au 31 mars dans les zones concernées par la Loi Montagne.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité