Qualité de l'air : une appli pour se déplacer en respirant un air de meilleure qualité

L'appli permet de choisir ses trajets pédestres ou à vélo, avec la meilleure qualité de l'air disponible / © FTV
L'appli permet de choisir ses trajets pédestres ou à vélo, avec la meilleure qualité de l'air disponible / © FTV

Une appli pour faire ses trajets avec la meilleure qualité d'air possible, ça existe ! L'organisme ATMO Bourgogne-Franche-Comté propose une application gratuite "AirToGo" pour smartphones (Ios et Android) pour déterminer son trajet avec la meilleure qualité de l'air possible.

Par F.L.

Que fait l'appli ?
L'appli "AirToGo" est destinée au gens qui souhaitent se déplacer à pied ou en vélo, et veulent bénéficier de la meilleure qualité de l'air disponible sur leur trajet.
Elle permet d'afficher l'indice ATMO (sur une base de 1 à 10 : 1 très bon à 10 très mauvais) sur une zone spécifique, ou en utilisant la géolocalisation.
Pour l'instant, l'appli ne fonctionne que sur Dijon Métropole, Grand Besançon et Belfort-Montbéliard.
Contacté par France 3 Bourgogne, Aymeric Agostini, chargé d’études et communication à Atmo BFC précise : "Le trajet affiché d'un point à un autre apporte une notion supplémentaire au calcul de trajet, celle de la qualité de l'air, et l'appli propose 2 à 3 trajets différents, avec un indice moyen spécifique à ces trajets."
Capture d'écran de smartphone de l'application "Air To Go" / © capture appli Air To Go
Capture d'écran de smartphone de l'application "Air To Go" / © capture appli Air To Go

Comment fonctionne l'appli ?
L'organisme ATMO BFC collecte quotidiennement des données par le biais de stations de mesure (par exemple pour Dijon Métropole, elles sont à Daix, Rue du Transvaal, Boulevard de la Trémouille, et aux Péjoces).
Des prévisions sont calculées et évaluées en fonction des relevés des stations fixes, et en fonction de la météo (vents dominants, pluie...) pour le lendemain.

Reportage de Tiphaine Pfeiffer, J-P Beulaygue, G Parnalland / Montage Guy Marlier

L'indice ATMO
Il est défini par réglementation et concerne la surveillance de 3 polluants principaux :
 - les PM10 (particules fines dont la taille est inférieure à 10micromètres)
 - l'ozone (O3) 
 - le dioxyde d'azote (NO2)

Une version consultable sur un ordinateur classique est disponible à l'adresse : https://www.airtogo.fr/web
L'application smartphone va permettre de couvrir toute la Grande Région Bourgogne-Franche-Comté, d'ici début 2020.

Une appli, mais ne pas oublier les principes de base !
De façon générale, l'agence Atmo recommande :
Toute l’année
  • Eviter d’arpenter les lieux les plus pollués et fuir les axes routiers fréquentés, préférer les espaces verts, les bois, les chemins de campagne...
  • En ville, privilégier les petites rues résidentielles plutôt que les grands axes.
  • Partir tôt le matin, en dehors des heures de pointe, ou le dimanche, lorsque la pollution de l’air n’est pas à son maximum.
  • Partir après une averse, lorsque la pluie a nettoyé l’atmosphère (…mais attention au rhume : ne laissez pas votre corps se refroidir et changez-vous rapidement).
En cas de pic de pollution
  • Respecter les consignes de prudence des autorités (particulièrement lorsque l’on souffre d’asthme, de diabète ou d’insuffisance pulmonaire).
  • Eviter les séances trop longues et trop intenses au profit de séances lentes qui n’augmenteront pas trop la fréquence respiratoire.
  • Ne pas dépasser la limite respiratoire de l’expiration nasale (le passage de l’air par la voie nasale tient lieu de filtre).
  • Prendre de la hauteur, choisir les zones les plus élevées de la ville. Eviter les fonds de vallées en montagne et les rues canyons dans les centre-villes.
  • Ralentir de temps en temps pour réduire son débit et sa fréquence respiratoires, et ainsi faire décroître sa consommation d’oxygène. 

Quels sont les polluants concernés par l'indice ATMO ?

L’ozone (O3)
Polluant dit « secondaire », le « mauvais » ozone résulte d’une réaction photochimique (sous l’effet des rayons solaires) de certains polluants « primaires » automobiles et industriels (NOx et COV) dans l’atmosphère. La pollution à l’ozone intervient donc essentiellement en période estivale.

Les oxydes d’azote (NOx)
Les NOx sont principalement émis lors des phénomènes de combustion. Les secteurs majoritairement émetteurs sont le transport, l’industrie, la transformation d’énergie et le chauffage. Les feux de forêts et les éruptions volcaniques constituent des sources naturelles.

Les particules fines (PM)
Les particules fines ont pour origine les combustions (chauffage, incinération de déchets, trafic routier, feux de forêts, éruptions volcaniques…), certains procédés industriels (carrières, cimenteries, fonderies…) et autres activités telles chantiers BTP ou l’agriculture qui les introduisent ou les remettre en suspension dans l’atmosphère.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus