Témoignage. "J'ai toujours été une femme dans l'intimité" : à 64 ans, Claudia, transgenre, raconte sa transition dans un spectacle

Publié le Écrit par Auberi Verne et Fabienne Acosta

Née dans un corps d'homme, Claudia, 64 ans, a débuté il y a deux ans une transition de genre. Malgré son âge, devenir femme était, pour cette Dijonnaise, une évidence. Une histoire qu'elle a décidé de raconter sur scène.

"Je ne sais pas combien d'années je vais encore vire, mais j'ai envie de les vivre comme je suis." "Comme elle est", c'est ainsi que nous voyons Claudia lorsque, ce samedi de fin février, nous posons notre caméra dans sa loge. À gestes assurés, elle va passer les prochaines minutes à maquiller ses yeux, ses joues, ses lèvres. Quelque chose qu'elle "a toujours aimé faire" quand elle était clown... même si, ce qu'elle préférait, c'était "se démaquiller, car alors je quittais le rôle".

Ce rôle, c'est aussi celui qu'elle a tenu presque toute sa vie et qu'elle a finalement abandonné, à 60 ans passés. Née homme, Claudia a, il y a deux ans, entamé sa transition de genre. Comprendre : de sexe masculin, elle passe à sexe féminin. Le combat d'une vie qu'elle a décidé de raconter sur scène, au Rézo'Fêt'Art de Dijon (Côte-d'Or), ce 24 février.

"J'ai toujours été une femme dans l'intimité"

Si cette histoire n'a rien de facile à dévoiler, Claudia semble, avant de monter sur les planches, étonamment détendue. "En fait, je me sens un peu inconsciente", glisse-t-elle avec malice, entre deux coups de pinceau. "J'ai déjà fait des spectacles, même si c'est la première fois que que je monte sur scène en tant que femme transgenre et artiste de cabaret."

Un nouveau rôle pour celle qui en a déjà tenu tant. D'abord chauffeuse de poids lourds, elle a ensuite été clown, puis, au fil de ses pérégrinations en France et à l'étranger, marionettiste, photographe ou encore professeur de yoga du rire. Sans jamais, toutefois, perdre de vue celle qu'elle était vraiment. "Quand je rentrais chez moi le soir, après le travail, j'ai toujours été 'moi'. Je n'avais pas de prénom, ça ne me servait à rien, mais j'ai toujours été une femme dans l'intimité."

J'avais envie d'écrire un spectacle, de raconter ma transition, sans tout ce qui est violent et choquant.

Claudia Mait

Et c'est ce que les spectateurs sont invités à découvrir en filigrane lors de la représentation. À travers le rire, surtout, car c'est ainsi "qu'elle se soigne" et c'était donc de cette façon qu'elle voulait narrer son cheminement - qu'elle ne dévoile pas, d'ailleurs, dans tous ses détails.  "Raconter deux ans de transition et le process qui m'y a menée, c'est trop long. Mais ce n'est pas une histoire aseptisée : je raconte les choses drôles !"

"Le but, c'est de vivre ma vie de femme sans problème"

La transition pourtant, ce n'est pas que "des choses drôles". Il s'agit d'une part d'un processus très lourd qui, pour aller à son terme, nécessite un long parcours médical et de nombreuses opérations. "C'est beaucoup de situations qui ne sont pas commodes", souligne Claudia. "Par exemple la vaginoplastie, ou la rhinoplastie pour masquer la masculinité. Ce n'est pas toujours évident d'avoir tous les renseignements, et puis ça a un coût."

► À LIRE AUSSI - "Aujourd'hui, je suis enfin heureuse" : Ariana, jeune femme transgenre, raconte son parcours de transition, mais aussi le harcèlement 

Se pose également la question du regard de l'autre, à laquelle Claudia a inévitablement été confrontée. "Cela peut être d'une violence phénoménale. Quand c'est administrativement ou transphobe, on peut se défendre... mais parfois ça vient d'amis proches, notamment le mégenrage [le fait de se référer à une personne transgenre selon le mauvais genre, ndlr]. On essaie d'échapper à son passé, mais quand on nous y ramène, c'est d'une violence inouïe." De quoi la décourager ? En aucun cas. "Le but, c'est de vivre ma vie de femme sans problème, parce que je suis tellement bien dans ma peau."

Finalement, c'est un public conquis qui, au bout d'une heure et demie de spectacle, ressort de la salle. "C'était extraordinaire. Elle est vraiment courageuse, presque émouvante, il y a quelque chose qui nous prend quand elle est sur scène", relate cette spectatrice. "C'était joyeux, bienveillant, marrant... on était transporté sur scène, vraiment un bon moment", ajoute une autre.

Reverra-t-on Claudia Mait sur scène ? Au vu de la réception de son spectacle, l'intéressée l'envisage. "Jouer, rire, faire rire, c'est le sens de ma vie. Et puis, si j'ai rendu ma transition publique, c'est aussi pour dire 'si vous avez envie de le faire, peu importe votre âge, allez-y !' Peut-être que ça pourra aider certaines personnes qui craignent de franchir le pas."

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :