Un faux attentat terroriste organisé au stade Gaston-Gérard à Dijon, des perturbations à prévoir

Mardi 28 novembre, un exercice de grande ampleur sera organisé au stade Gaston-Gérard de Dijon. Une attaque terroriste sera simulée pour travailler la coopération entre les secours et les forces de l'ordre. 600 personnes seront impliquées.

Le stade Gaston-Gérard de Dijon, où joue habituellement le DFCO, sera le théâtre d'un exercice de sécurité civile "Attentat-Tuerie de masse" dans l'après-midi du mardi 28 novembre 2023. Une simulation d'attaque terroriste sera jouée pour travailler la coordination entre les nombreux services impliqués. Des perturbations seront à prévoir autour du stade.

Explosion, périple meurtrier et prise d'otages

Le scénario imaginé tient en quelques lignes. Il faut que les 600 personnes participant à cet exercice de grande ampleur en sachent le moins possible. Mais voici ce que l'on sait : à l'occasion d'un match, une explosion retentira au niveau de la billetterie. Puis, un périple meurtrier débutera dans l'enceinte du stade et des terroristes prendront des victimes en otage en loges, nécessitant l'intervention du GIGN.

Cet impressionnant scénario, évidemment totalement fictif, a été imaginé pendant de longs mois par la préfecture de la Côte-d'Or et différents acteurs comme la police, les pompiers, le CHU ou encore le SAMU. "Ce n'a pas été décidé après l'attaque d'Arras", a tenu à clarifier Olivier Gerstlé, directeur de cabinet du préfet lors d'un point presse ce mardi 21 novembre.

Le dernier exercice du genre dans le département remonte à 2017, au Zénith de Dijon. En raison du contexte de menace terroriste et à l'approche de grands événements en 2024 comme le relais de la flamme olympique ou le passage du Tour de France, il faut se préparer au pire. "Les forces d'intervention doivent pouvoir faire face rapidement à ce genre d'événements", ajoute Olivier Gerstlé. En Saône-et-Loire, un exercice similaire s'est tenu en mars 2023 dans un lycée de Charolles.

Tester la réactivité et la coordination

Les objectifs de cette fausse attaque terroriste sont nombreux. Elle doit dans un premier temps permettre de tester toute la chaîne d'alerte et les structures de commandement entre la préfecture et les équipes sur le terrain. Surtout, elle permet de travailler la coordination entre toutes les personnes impliquées, que ce soit entre les forces de l'ordre (police nationale et municipale, GIGN, militaires...) mais aussi entre tous les autres services. "Il faut que les services de secours puissent accomplir leur travail sans gêner les forces de l'ordre", explique le directeur de cabinet.

Le volet judiciaire sera également testé. Une enquête sera menée en coordination entre le parquet et la préfecture. Enfin, l'information à la population sera également travaillée avec l'activation du dispositif d'alerte "FR ALERT". Si vous vous trouvez dans le secteur dans l'après-midi du 28 novembre, votre téléphone recevra donc une notification.

600 personnes seront mobilisées sur cette impressionnante opération dont de nombreux services du SAMU, du CHU et des pompiers. "Nous continuerons bien évidemment notre activité pendant l'exercice, qui ira jusqu'au bloc opératoire. C'est aussi un enjeu dans l'enjeu de pouvoir continuer à assurer nos services tout en gérant cette attaque", tient à rassurer Florent Cavelier, secrétaire général du CHU Dijon Bourgogne. Par ailleurs, 73 étudiants et étudiantes en école d'infirmiers joueront les victimes et les témoins.

De grosses perturbations à prévoir

Cet exercice impliquera d'importantes perturbations au niveau de la circulation autour du stade. La préfecture conseille aux habitants d'éviter le secteur dans l'après-midi du 28 novembre, l'exercice devant se tenir entre 13h et 17h. Dès 8h du matin, le stationnement sera interdit pour les véhicules qui ne participent pas à l'exercice dans les voies suivantes : 

  • Boulevard Paul Doumer, des deux côtés, entre la place Victor Schoelcher et la place Gaston Gérard
  • Rue de Montmuzard, au droit du numéro 33, sur 20 places de stationnement
  • Boulevard Trimolet, sur tout le parking de la patinoire

À partir de 12h45, la circulation sera interdite dans le secteur. Voici le détail : 

  • Boulevard Paul Doumer, entre la place Victor Schoelcher et la Rue Claude Bouchu, dans ce sens
  • Boulevard Paul Doumer, entre la Rue Claude Bouchu et la place Gaston Gérard
  • Rue de Montmuzard, entre la Rue Claude Bouchu et la place Gaston Gérard
  • Rue Dom Edmond Martène
  • Rue François de la Cuisine
  • Boulevard Trimolet, entre la place Gaston Gérard et la place Général Ruffey
  • Boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny, entre la place Général Ruffey et la Rue du stade
  • Boulevard Jeanne d'Arc, entre la Rue Sully et la place Général Ruffey, dans ce sens

La circulation sera également interdite pour les piétons et les vélos sur le boulevard Trimolet. Une dizaine d'agents de la Ville de Dijon veilleront au respect de ces consignes. Les lignes de bus 3, 8 et COROL seront déviées et le tramway circulera à vitesse réduite le long du boulevard Trimolet et l'arrêt "Parc des Sports" ne sera pas desservi. Les perturbations peuvent durer jusqu'à 20h.

À l'issue de l'exercice, tous les services impliqués débrieferont "à chaud" ce qui a fonctionné et moins bien fonctionné avant une nouvelle réunion un mois plus tard.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité