Manifestation du 6 juin contre la réforme des retraites : entre 3 500 et 6 000 personnes réunies à Dijon

Plusieurs manifestations ont eu lieu ce mardi 6 juin en Bourgogne. Sens, Beaune, Avallon, Dijon... malgré une participation en berne, des milliers de manifestants ont tout de même défilé dans les rues.

La dernière mobilisation à l'échelle nationale remonte au 1er mai et la fête du travail. Depuis, l'espoir des opposants à la réforme des retraites tient sur la tentative d'abrogation soutenue par les députés Liot. Amputée de l'article 1 portant sur le report de l'âge légal de départ à la retraite, cette proposition de loi sera examinée ce jeudi 8 juin à l'Assemblée.

Afin d'afficher leur opposition, les manifestants seront dans les rues de plusieurs villes en Bourgogne. Beaune, Dijon, Mâcon, Nevers, Auxerre... consultez notre carte des rassemblements.

La manifestation s'est terminée dans le calme place Wilson

17h - Le cortège arrive à la place Wilson. La manifestation touche à sa fin, après s'être déroulée sans accroc.

16h15 - Les syndicats annoncent à 6 000 le nombre de manifestants. "Un très bon chiffre pour une manifestation dijonnaise", estime Frédéric Pissot, secrétaire général de la CGT en Cöte-d'Or. "Les chiffres d'avant étaient exceptionnels." Pour rappel, au plus fort de la contestation, les syndicats ont estimé à plus de 20 000 le nombre de manifestants.

15h50 - Le cortège arrive place de la République.

15h45 - 3 500 manifestants prennent part à la mobilisation à Dijon, selon la police.

durée de la vidéo : 00h00mn24s
Ezekiel s'est fait remarquer dans les manifestations à Dijon pour ses danses sur des arrêts de tram ou des colonnes. ©FTV

15h25 - Ceux qui ont participé aux manifestations dijonnaises n'auront pas manqué de repérer un jeune homme en vêtements bariolés qui escalade poteaux et arrêts de trams. Il était encore présent dans le cortège pour cette 14ème journée de mobilisation. Mais pourquoi se percher sur ces endroits improbables ?

"Un jour, j'ai fait fait une pride à Grenoble et les gens là-bas grimpent vraiment partout", nous explique Ezekiel (prénom modifié). "Quand j'ai vu les manifs contre la réforme des retraites, je me suis dit que les gens ne s'amusaient pas trop, qu'ils faisaient la gueule. Alors à un moment j'ai grimpé sur un petit feu, j'ai commencé à faire des mouvements et j'ai vu que les gens me répondaient alors j'ai recommencé. À force, c'est devenu une habitude."

15h25 - 2 000 manifestants se sont élancés de la place de la Libération, selon la police. Un nouveau comptage a lieu pendant que le cortège remonte le boulevard de brosses. "Ça ne devrait pas énormément augmenter", nous précise-t-on.

15h10 - La manifestation arrive place Darcy.

Dans le cortège, nous croisons Bernard. Avec son vélo, il caracole en tête de la manifestation. "Ça fait quelques décennies que je le fais." Selon lui, l'affluence qui semble moindre tient surtout au fait que la manifestation a été annoncée tardivement. "L'importance c'est qu'on soit là ! Il va y avoir des discussions jeudi, c'est pour faire un peu pression. On verra !"

14h50 - Ça y est, le cortège vient de partir. Comme de coutume, les manifestants vont remonter la rue de la Liberté puis repartir en direction de la place de la République, la place du 30 octobre et la place Wilson.

14h30 - De nombreuses personnes, parmi celles que nous rencontrons, pensent qu'il s'agit de l'une des dernières manifestations de cette ampleur. "Notamment avec le texte de Liot qui risque de ne pas passer", estime Siobane, étudiante en troisième année de licence d'histoire à l'université de Bourgogne. "Je pense que toutes les solutions ont été utilisées. Mais il ne faut pas se démobiliser parce qu'alors ce sera un échec."

La "Der des Ders" ? Pour Florent, dessinateur industriel, "les gens sont découragés et lassés". "Maintenant que les décrets sont passés, y a quasi aucune chance de retour en arrière. Mais faut montrer qu'on est toujours pas d'accord avec cette réforme et qu'on n'en voulait pas."

On se doit d'être présent pour montrer notre désaccord.

Florent, dessinateur industriel,

présent pour 13 des 14 manifestations

14h20 - La place se remplit peu à peu. Quelques centaines de personnes se sont regroupées autour du véhicule de la CGT.

14h - La place de la Libération à Dijon, où doit se faire le rassemblement, est majoritairement vide et occupée quasi uniquement par des syndicalistes.

Une centaine de personnes à Beaune, entre 500 et 800 à Sens

Les premiers rassemblements de la journée ont démarré à 10 heures. Dans la Nièvre et l'Yonne, les manifestants étaient appelés à se réunir à cette heure à Clamecy, Cosne-Cour-sur-Loire, Decize, Sens (entre 600 et 800 personnes selon les syndicats, 500 selon la police) et Avallon. En Côte-d'Or, c'est à Beaune qu'ils étaient invités à venir. Une centaine de personnes était sur place.

La dernière journée de mobilisation ?

Promulguée le 15 avril dernier, la réforme des retraites est entrée, début juin, dans une nouvelle phase. Il y a deux jours, les deux premiers décrets d'application ont été publiés au Journal Officiel. Ils concernent notamment le report de l'âge légal de départ, mais aussi le rallongement de la durée de cotisations.

De quoi décourager les opposants ? Pour l'heure, aucune nouvelle journée de mobilisation n'est prévue. Le 1er mai, 782 000 Français sont descendus dans les rues selon les forces de l'ordre, 2,3 millions selon la CGT. À Dijon, ces chiffres oscillaient respectivement entre 7 000 et 15 000 manifestants, selon nos confrères de France Bleu Bourgogne.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité