Inscription de l'IVG dans la Constitution : quels députés et sénateurs de Bourgogne ont voté contre ?

L'inscription de l'IVG dans la Constitution a été voté hier par les parlementaires, avec 780 voix pour et 72 voix contre. Parmi les élus qui ont voté ce lundi 4 mars, trois députés et sénateurs de Bourgogne se sont opposés à la modification du texte suprême. On fait le point.

C'est l'actualité politique de la semaine. Ce lundi 4 mars, les parlementaires ont voté pour l'inscription de l'IVG dans la Constitution. 780 voix favorables, 72 voix contre, la modification du texte suprême pour inscrire la "liberté garantie" à l'avortement a fait consensus. 

Pour autant, quelques élus de Bourgogne se sont opposés à la révision de la Constitution. Retrouvez le détail dans cet article.

En Côte-d'Or, Hubert Brigand vote contre, deux sénateurs font abstention

Les députés Didier Martin, Philippe Frei, Didier Paris, Benoît Bordat et le sénateur François Patriat, tous affiliés à la majorité présidentielle, ont voté pour l'inscription de l'IGV dans la Constitution. 

Hubert Brigand, le député Les Républicains de la 4ème circonscription de Côte-d'Or, est le seul élu du département à avoir voté non. "Je reste sur ma ligne et droit dans mes convictions. La loi n’était pas menacée. Elle n’est pas plus sécurisée maintenant. Un nouveau vote et tout pourrait revenir en arrière", nous a-t-il expliqué ce mardi 5 mars.

Côté Sénat, Alain Houpert (LR) et Anne-Catherine Loisier (Union Centriste) se sont abstenus lors du vote.

En Saône-et-Loire, Josiane Corneloup a voté contre

Dans le département de Saône-et-Loire, une seule élue (députés et sénateurs réunis) a voté contre la modification de la Constitution. Il s'agit de Josiane Corneloup, députée (LR) de la 2ème circonscription. 

Avec Hubert Brigand, elle fait partie des 22 députés Les Républicains (sur 62 élus à l'Assemblée nationale) à s'être prononcé contre la réforme.

En Saône-et-Loire, les députés Cécile Untermaier (PS), Benjamin Dirx, Rémy Rebeyrotte, Louis Margueritte (Renaissance) et les sénateurs Jérôme Durain (PS), Fabien Genet et Marie Mercier (LR) ont voté pour.

Trois votes pour et une abstention dans la Nièvre

Aucun élu de la Nièvre n'a voté contre l'inscription de l'IVG dans la Constitution. Les députés Patrice Perrot (Renaissance) et Perrine Goulet (MoDem) ont voté pour, tout comme le sénateur Patrice Joly (PS).

La sénatrice centriste Nadia Sollogoud s'est elle, abstenue.

Dans l'Yonne, Jean-Baptiste Lemoyne vote contre

Les votes sont beaucoup plus variés dans l'Yonne. Le député (RN) Julien Odoul a voté pour. Le choix des élus du Rassemblement National était fortement scruté. L'élu de l'Yonne fait partie des 46 députés de son parti (sur 88 qui siègent à l'Assemblée nationale) qui s'est prononcé en faveur de la modification du texte suprême. Daniel Grenon, autre député RN du département, s'est lui abstenu.

André Villiers, député Horizons, n'a de son côté pas voté. Ils sont au total 23 parlementaires à ne pas avoir participé au suffrage. Enfin, chez les sénateurs de l'Yonne, Dominique Vérien (Centriste), également président de la délégation dédiée aux droits des femmes a voté pour. Après le vote, elle a d'ailleurs salué "une victoire politique". Elle avait d'ailleurs pris la parole devant les parlementaires ce lundi 4 mars pour défendre la mesure. "Offrons à cette liberté ce que notre République a de plus fort : notre Constitution", avait-elle alors lancé.

Jean-Baptiste Lemoyne (Rassemblement des démocrates, progressistes et indépendants) a voté contre. C'est le seul parlementaire macroniste à s'être opposé à l'inscription de l'IVG dans la Constitution.

Retrouvez l'ensemble des votes ci-dessous.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité