Une nouvelle pétition pour défendre le bureau de poste de Fleurey-sur-Ouche

Publié le Mis à jour le
Écrit par Auberi Verne

Jeudi 27 janvier, la CGT a fait signer des pétitions à Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or) contre la réduction des horaires d'ouverture du bureau de poste. Le syndicat dénonce les conséquences néfastes qu'une telle mesure aurait sur le service public dans la commune.

La CGT FAPT a organisé ce jeudi 27 janvier une séance de signatures de pétition à Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or). Objectif : empêcher la réduction des horaires d'ouverture du bureau de poste.

Celui-ci est actuellement ouvert 24 heures par semaine. La Poste souhaiterait que le bureau ne soit accessible que 12 heures et que sa gestion soit confiée à un facteur-guichetier. Il serait également fermé les samedis matins.

Mais pour la CGT FAPT, une telle diminution d'activité aurait des conséquences catastrophiques pour les habitants et le service public postal dans la commune.

"La Poste nous dit qu'il y a moins de monde qui vient au bureau, donc qu'il n'y a pas besoin qu'il soit ouvert autant qu'il l'est aujourd'hui", explique Pierre Campagnac, secrétaire départemental de la CGT FAPT. "Mais on n'est pas dupes. D'abord on diminue l'activité parce qu'il y a moins de monde, puisque le bureau est moins ouvert, encore moins de monde vient. Et puisque plus personne ne vient, on ferme totalement. Tout ça, c'est pour faire des économies."

Outre Fleurey-sur-Ouche, la commune voisine de Velars-sur-Ouche possède elle aussi un bureau de poste. "Mais c'est un facteur-guichetier qui le tient, donc les horaires d'ouverture sont assez restreints", déplore le syndicaliste. "Après Velars, les bureaux les plus proches sont à Pouilly et Vitteaux, ou à Talant. Le problème c'est que ça force les habitants à prendre leur voiture, donc en termes d'écologie, ça n'est pas l'idéal."

Pour le maire, pas de menace sur le service public

De son côté, Philippe Algrain, maire de Fleurey-sur-Ouche, a précisé ne pas avoir été informé de la mobilisation du syndicat. Il ne semble en revanche pas inquiet de la décision de La Poste de réduire les heures d'ouverture.

Pour lui, le passage à 12 heures d'ouverture serait justifié par la présence d'une maison France Services à Sombernon. La mission MSAP (Maison de services au public) installée dans le bureau de poste de Fleurey, qui permet notamment aux habitants de réaliser des démarches administratives avec l'aide du guichetier, n'aurait ainsi plus de raison d'être.

En tant que maire, je n'ai pas de raison de bouger.

Philippe Algrain, maire de Fleurey-sur-Ouche

"On a demandé à ce que ça reste ouvert le samedi matin, mais ça a été refusé. La Poste a répondu de manière très correcte", indique-t-il. "On va voir ce que donnent les nouveaux horaires et si ça ne fonctionne pas, on avisera et on se battra si nécessaire. Mais actuellement, en tant que maire, je n'ai pas de raison de bouger."

Aucune intention de fermer le bureau de la part de la Poste

"La crainte du syndicat de voir à terme le bureau fermer est totalement injustifiée", indique quant à lui Jean-François Côte, adjoint au directeur régional de La Poste en Bourgogne-Franche-Comté. "Quand bien même nous aurions cette intention, ce qui n'est pas le cas, nous ne pouvons absolument pas fermer un bureau de poste sans l'accord du maire et de ses équipes."

Selon lui, la réduction des horaires d'ouverture n'a lieu qu'à cause d'une baisse de fréquentation de 60% en six ans.

Pour rappel, le bureau postal de Fleurey avait déjà été l'objet d'une forte mobilisation en 2021. La Poste avait alors proposé à la municipalité de transformer le bureau en agence postale. Le changement de statut avait finalement été refusé à l'unanimité par le conseil municipal, après une pétition ayant reçu 680 signatures.

À noter que ce jeudi 27 janvier marque une journée de grève nationale pour les services public, notamment les enseignants. Ils sont rejoints par d'autres corps de métiers, qui réclament entre autres une hausse des salaires.