Les pompiers se préparent aux feux de forêt : "L’année dernière on a eu une vraie inquiétude"

Ce mercredi 14 juin, le Service départemental d'incendie et de secours de Côte-d'Or (Sdis 21) formait 12 pompiers à la lutte contre les feux de forêt à Volnay (Côte-d'Or). Longtemps concentrés dans le sud de la France, ce type d'incendies est plus que jamais en train de s'étendre et il faut se tenir prêt partout, avec des dispositifs inédits.

Les camions rouges investissent la petite commune de Volnay en Côte-d'Or ce mercredi 14 juin. 27 pompiers, 8 véhicules de forêt et 4 tout-terrains sillonnent des chemins accidentés en forêt.

Un dispositif conséquent qui vise à entraîner 12 stagiaires au commandement pour la formation "Feux de Forêt". 8 sont Côte-d'Oriens, l'un d'entre eux vient de Haute-Saône, un autre de Haute-Marne et les deux derniers sont originaires de la Meuse. Tous apprennent à réagir avec efficacité dans un milieu forestier avec le maximum de sécurité.

Franck Robine, préfet de la Côte-d'Or, est venu assister à ces exercices visant à se préparer aux feux de forêt. L'occasion pour lui d'annoncer des mesures inédites dans le département.

"Une vraie inquiétude"

Franck Robine est aussi ancien Préfet de la Corse, il n'est pas novice dans la gestion des incendies en milieu forestier. Mais il ne pensait pas avoir à prendre de telles dispositions ici. "Si on m’avait dit que je m’occuperai des feux de forêt ici, j’aurais un peu rigolé", commence le préfet. "Mais il faut toujours être très modeste sur les feux de forêt. L’année dernière, pour la première fois il y a eu une vraie inquiétude."

En effet, la préfecture et le Sdis 21 ont noté 26 départs de feu entre le 1er juin et le 15 septembre 2022. Presque 100 hectares avaient alors brûlé. "Ça reste très peu par rapport au plan national où 65 000 hectares ont été détruits", rassure Franck robine. "On est encore sur des surfaces brûlées très modérées, mais ce qu’on veut c’est prévenir et éviter que cela arrive."

Une saison sèche et la menace humaine

Si l'inquiétude est grandissante dans des départements comme la Côte-d'Or, c'est aussi que l'été s'annonce pire qu'en 2022. "Pour peu qu’on ait des conjonctions de sol sec et de vent, on peut être confronté à des choses difficiles", met en garde le préfet. "On a quand même des massifs forestiers comme le Parc national des forêts qui nous préoccupent."

Déjà en 2015, 80 hectares avaient brûlé à Chenôve. Ce genre d'évènements peut être évité avec ces mesures.

"On est sur un risque qui est réel, même s’il peut sembler plus modéré que dans le Sud-Ouest ou le Sud-Est."

Franck Robine

préfet de la Côte-d'Or

Régis Deza, contrôleur général au Sdis 21, insiste sur le fait de bien cibler les éléments à l'origine des incendies pour se prémunir de la multiplication des départs de flammes : "85 % des feux sont d’origine humaine. On travaille avec l’Office national des forêts, la préfecture et les mairies pour sensibiliser les gens et traiter tout ce qui est feu naissant. Surtout en ce moment avec les moissons."

Une "météo des feux de forêt" est en train d'être réalisée pour pouvoir prévenir trois jours à l'avance d'une situation dangereuse au niveau de l'état des végétaux et des conditions climatiques.

Mise en place d'un "plan de surveillance renforcée"

Plusieurs services départementaux adaptent leur matériel à l'évolution des risques de feux de forêt, comme en Saône-et-Loire récemment. À travers un plan national, le conseil départemental agit pour que d’ici deux ans, tous les centres de secours du département possèdent un véhicule capable traiter un début de feu de végétaux.

"Ce n’est pas parce qu’on traite un feu qu’il n’y en a pas d’autres qui vont se former ailleurs. Pendant les périodes critiques de l’été comme pendant les moissons, on peut avoir entre 7 et 10 départs de feu en l’espace de deux ou trois heures."

Régis Deza

contrôleur général du Sdis 21

Côté prévention aussi, les choses s'adaptent de manière inédite en Côte-d’or, comme le décrit Franck Robine : "Par exemple, nous allons mettre en place une interdiction des feux de barbecue ou des feux d’agrément sur une période qui ira du 15 juin au 15 octobre." Soit un mois de plus qu'en 2022, où cela s'étendait jusqu'en septembre. La préfecture veut aussi "inciter les gens à adopter le bon comportement".

Des consignes basiques, mais qui ne sont toujours pas assez respectées comme ne pas jeter son mégot de cigarette, ou être extrêmement attentif pour éteindre un feu qui se déclare...

"Je mettrai en place un plan de surveillance renforcé des massifs forestiers et des zones en possible difficulté quand la météo sera alarmante", annonce Franck Robine. Ce qui veut dire que les jours de grands risques, ce sont plus de 120 pompiers qui seront postés dans leurs casernes, "prêts à intervenir le plus rapidement possible".

30 gendarmes seront aussi mobilisés et adapteront leurs patrouilles pour couvrir les massifs forestiers. Enfin, l’Office national des forêts et l’Office français de la biodiversité pourront prévenir les gendarmes et les pompiers directement grâce à un accès radio.

Du jamais vu ici en Côte-d'Or, alors que la sécheresse est déjà installée en Bourgogne-Franche-Comté et que la saison touristique n'a pas encore commencé. Pour vous tenir au courant des risques, n'hésitez pas à consulter la météo des forêts.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité