Piscine pour récupérer l'eau, fleurs méditerranéennes... en Côte-d'Or, les communes s'adaptent pour arroser en période de sécheresse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Auberi Verne avec François Latour

Alors que la Côte-d'Or est soumise à des restrictions d'usage de l'eau, certaines communes font preuve d'ingéniosité pour entretenir leurs massifs fleuris. C'est le cas par exemple, d'Auxonne et de Nuits-Saint-Georges.

Comment arroser les massifs de fleurs quand l'usage de l'eau est limité ? À Auxonne, la municipalité a imaginé une solution pour le moins originale : utiliser une ancienne piscine comme réservoir. "Il y a l'eau de la piscine à l'origine, plus les eaux de pluie qui sont récupérées automatiquement dedans", décrit Jacques-François Coiquil, maire (SE) de la ville. Fermés depuis trois ans, les bassins forment désormais une réserve presque naturelle.

"L'an dernier, avec un été très pluvieux, on n'a pas vraiment eu l'occasion de s'en servir", ajoute l'édile. "Mais avec l'annonce de la préfecture qu'on passait en zone de crise, on s'est dit qu'il serait dommage d'arracher tout le travail qui a été fait par nos agents pour l'embellissement de la ville." Un travail qui a permis à la commune de décrocher le label "ville fleurie".

Au total, près de 900 mètres cube sont stockés dans les bassins de la piscine. Chaque semaine, les agents municipaux utilisent une trentaine de mètres cube d'eau pour l'arrosage. De quoi compenser le manque de pluie pendant quelques semaines. "Ça grille un peu sous l'effet du soleil", concède Jacques-François Coiquil. "Mais on est dans une période touristique. L'idée, c'est de garder le fleurissement de la ville."

Des travaux pour limiter les pertes d'eau

À Nuits-Saint-Georges, l'entretien des massifs a là aussi, été anticipé depuis plusieurs années. La mairie a opté pour une vaste politique de chasse à la fuite, avec le lancement de travaux dès qu'un problème sur le réseau est repéré. "Dans notre esprit, la première eau économisée, c'est celle qu'on ne perd pas dans les réseaux", martèle Jean-Claude Alexandre, maire-adjoint de la ville.

La politique de gestion de l'eau à Nuits-Saint-Georges : surveillance du réseau, surveillance des fuites, déclenchement de travaux en cas de fuites, et entretien régulier des réseaux.

Jean-Claude Alexandre, maire adjoint de Nuits-Saint-Georges

Lors du réaménagement du parc de l'hôtel de ville, un système de récupération des eaux pluviales a même été installé sous terre. Il sert notamment à l'arrosage des fleurs en période estivale. Des fleurs qui sont d'ailleurs soigneusement choisies par le service des espaces verts, de façon à mieux résister aux épisodes caniculaires.

"On a par exemple des massifs vivaces qui sont plantés en espèces méditerranéennes", explique Mathilde Rollot, responsable du service espaces verts. "Ce sont des plantes qui résistent plutôt bien à la chaleur. Et pour les massifs annuels, on adapte les variétés pour qu'elles soient plus résistantes au soleil."

Pour rappel, l'ensemble de la Côte-d'Or a dépassé le seuil d'alerte sécheresse début août. Le sud-ouest et sud-est du département sont même passés en état de crise, le palier maximal.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité