Rentrée scolaire 2024 : 158 postes d'enseignants supprimés dans les écoles, collèges et lycées en Bourgogne

Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, a annoncé des changements majeurs concernant le premier degré, l'école maternelle et élémentaire, et le second degré, collège et lycée, pour la rentrée scolaire 2024. 158 emplois vont disparaître au profit du "choc des savoirs".

158. C’est le nombre de postes supprimés pour la rentrée 2024 en Bourgogne : 98 dans le premier degré et 60 dans le deuxième. Un nombre qui coïncide avec la baisse d’effectifs d’élèves. L’académie de Dijon va perdre 3 024 élèves par rapport à la rentrée 2023 selon ses estimations. Une baisse continue depuis 17 ans.

Mais l’académie assure vouloir préserver l’encadrement dans les classes pour de meilleures conditions de travail. Le nombre moyen d’élèves par classe continue d’être en baisse. En 2023, on compte en moyenne 20,6 élèves par classe sur le premier et le second degré, contre 22,7 en 2019. “Chaque fois on l’améliore.” 

155 nouveaux postes pour "le choc des savoirs"

Mais à côté, ce sont 155 emplois qui vont être créés en Bourgogne pour les groupes de travaux de français et mathématiques en 6ème et 5ème, l'une des nouvelles mesures phare de l’ancien ministre de l’Éducation, Gabriel Attal. Ce redéploiement des heures va permettre de renforcer les matières générales. 

Le niveau général des élèves du premier et second degré est en baisse sur le plan national, et la comparaison est douloureuse à l’international. En Bourgogne, les chiffres sont inquiétants face au reste du pays. “Les résultats sont au-dessus de la moyenne jusqu'au CE1. À partir du CE1, on décroche et on devient moins performants que le niveau national. On n’a pas le choix de renforcer dans certains endroits où il y a de vraies faiblesses.” 

C’est la raison pour laquelle près de 150 professeurs de français et mathématiques vont être recrutés pour la prochaine année scolaire. Ces postes seront occupés par des contractuels, titulaires ou stagiaires. L'académie de Dijon précise que le recrutement est en cours. "Les autres disciplines ne seront pas oubliées. C'est un projet sur lequel on travaille depuis 18 mois."

Maintenir les classes de grande section, CP, CE1 à 24 élèves

Selon les estimations de l'académie de Dijon, la Bourgogne va perdre 2 338 élèves dans le premier degré par rapport à la rentrée scolaire de 2023, et 686 dans le second degré. Une baisse constatée principalement dans les établissements généraux et technologiques. La part des écoles à une classe est de 17%, contre 4% au national pour le premier degré. 

L'académie dispose d'un budget d'1,6 milliard d'euros. Et l'un des enjeux sera de poursuivre l'accompagnement pédagogique de proximité. Neuf postes conseillers pédagogiques vont être créés dans les circonscriptions qui en ont le plus besoin au regard des résultats. "On veut maintenir les efforts pour que les classes restent à 24 élèves en grande section, CP, CE1", ajoute le rectorat.

Une année tournée vers l'éducation en ruralité

L'académie va se pencher sur la ruralité, et notamment la Nièvre. "Nous avons promu une dizaine de territoires éducatifs ruraux (TER) supplémentaires, labellisés au niveau national. Cela vise à renforcer les prises en charge pédagogiques et éducatives des élèves. Un TER coute 90 000 euros sur trois ans."

Dans les collèges, une classe préparatoire aux lycées va être mise en place dans un lycée par département. Un procédé pour le moment expérimental, mais dont le but est de baisser le taux de redoublement en troisième et seconde. 

Cinq classes ULIS vont être créées pour septembre 2024. Ce sont des dispositifs qui offrent aux élèves qui en bénéficient une organisation pédagogique adaptée à leurs besoins ainsi que des enseignements adaptés. Pour rappel, on compte déjà 148 classes ULIS dans le premier degré en Bourgogne.