Vaches égorgées sans étourdissement : les abattages rituels suspendus à l'abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes, une enquête prévue

La préfecture de Côte-d'Or a diligenté une enquête à l'abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or) ce jeudi 11 avril, après la révélation par L214 d'images de maltraitance animale. Alors qu'une enquête approfondie doit avoir lieu, l'établissement a décidé d'arrêter les abattages rituels pour les viandes halal et casher.

L'annonce intervient quelques heures après les révélations de L214. Ce jeudi 11 avril en milieu de journée, la préfecture de Côte-d'Or a fait savoir que l'abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or) a mis fin aux abbatages rituels à titre conservatoire "pour les veaux et les gros bovins hors gabarit, c'est-à-dire pour lesquels le matériel de contention de l'abattoir est inadapté".

Une première inspection de l'établissement s'est déroulée dans la matinée, en réaction aux images de maltraitance animale dévoilées par l'association. "Le préfet de la Côte-d'Or a immédiatement demandé au directeur de la direction départementale de la protection des populations [...] de se rendre ce matin dans l'établissement afin d'évaluer la situation et la nécessité de mettre en œuvre des mesures correctives", précisent les services de l'État par voie de communiqué.

Des bêtes frappées et égorgées de façon non-réglementaire

Pour rappel, les photos et vidéos dépeignent des scènes d'une violence crue au sein de l'abattoir. Sur certaines, on peut par exemple voir un employé de l'établissement frapper avec acharnement une vache qui se trouve dans un enclos. "L'animal reçoit en une minute plus de 20 coups violents sur le corps et la tête", indique l'association, tandis que le bouvier va jusqu'à "enfoncer son bâton dans l'anus" de l'animal.

► À LIRE AUSSI - Vaches frappées, égorgées sans être inconscientes... l'abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes mis en cause par L214

D'autres images font état d'un égorgement non-réglementaire pratiqué sur plusieurs bêtes, qui ne sont pas étourdies au préalable. Un processus utilisé pour la production de viande halal et casher, ce que L214 dénonce par ailleurs. De fait, l'association a porté plainte auprès du procureur de la République de Dijon. Et demande la fermeture de l'abattoir de Venarey-les-Laumes.

Au terme de l'inspection de ce jeudi matin, la préfecture a quant à elle demandé une "inspection approfondie des conditions d'abattage par le référent national des abattoirs". Cette nouvelle enquête débutera dès lundi 15 avril et pourra donner lieu à de nouvelles mesures.