Covid-19 : à cause de la crise sanitaire, le Morvan attire beaucoup plus de touristes français que d'habitude

Chaque été, le Morvan attire de nombreux touristes. Mais, cette année, en raison de la crise du coronavirus, il y a beaucoup moins d'étrangers. En revanche, la clientèle française est bien plus nombreuse qu'à l'accoutumée. Reportage à Quarré-les-Tombes, dans l’Yonne.
 
Le Morvan est un massif montagneux situé en Bourgogne, aux confins des départements de la Côte-d'Or, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et de l'Yonne.
Le Morvan est un massif montagneux situé en Bourgogne, aux confins des départements de la Côte-d'Or, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et de l'Yonne.


Des forêts, des lacs, des rivières, des paysages vallonnés, un parc naturel régional

Le Morvan est un petit paradis pour les amateurs de randonnée, de vélo, de VTT, pour ceux qui ont envie de se baigner. La région est aussi très appréciée de ceux qui préfèrent être tranquilles et ne pas rencontrer trop de monde.

 Ces nombreux atouts séduisent les touristes étrangers, et notamment les Néerlandais, les Allemands, les Japonais, les Américains…
Mais, cette année, la crise sanitaire du Covid-19 a tout bousculé.
"Cette saison, il y a principalement des Français qui viennent de départements qu’on ne voyait pas avant, comme l’Hérault, les Landes, la Loire-Atlantique…", explique Agnès Millot, directrice adjointe de l'Office de tourisme du Grand Vézelay.

"On s’aperçoit qu’il y a aussi des Parisiens qui viennent en repérage pour éventuellement venir s'installer là ou pouvoir se mettre au vert s’il devait y avoir un nouveau confinement".

 
Le Morvan est un paradis pour les amateurs de tourisme vert.
Le Morvan est un paradis pour les amateurs de tourisme vert.


Un peu partout dans la région, les bars, restaurants et hôtels voient passer ces voyageurs.

Dans le petit village de Quarré-les-Tombes, dans l’Yonne, on est même parfois obligé de refuser du monde. "On est seulement en juillet et on a l'impression d’être déjà sur la semaine du 15 août. Ca fait chaud au cœur. On est très heureux et on souhaite que ça dure jusqu’au 15 novembre, ce serait formidable", déclare Francis Salamolard, propriétaire de l'Hôtel du Nord.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société tourisme économie