Covid-19 : “Ce n’est pas possible qu’aucune entreprise ne fasse faillite” Geoffrey Secula, CPME

78 % des entreprises évoquent un impact très négatif de la crise sur leur chiffre d’affaires / © France 3
78 % des entreprises évoquent un impact très négatif de la crise sur leur chiffre d’affaires / © France 3

Les entreprises souffrent de la crise sanitaire liée au Coronavirus qui se mue progressivement en crise économique, c'est ce qui ressort d'études réalisées par les CCI et les syndicats patronaux qui incitent les entrepreneurs à actionner les leviers pour éviter les problèmes de trésorerie.

Par J.G.

Fermetures d’établissements, chute de la consommation, réduction des capacités de production, ruptures de chaîne logistique, manque de compétences disponibles, arrêt de certains sous-traitants ou encore difficultés à mettre en place les mesures de protection par manque d’équipements, la situation sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 impacte très fortement l’activité des entreprises en Bourgogne Franche-Comté. 

C'est ce qui ressort d'une enquête menée par les CCI de la région auprès des entreprises, pour connaître les impacts de la crise sur leur activité. Trois semaines après son lancement, les Chambres de Commerce et d'Industrie ont enregistré plus de 2800 retours.

 
© NZ / France 3 Bourgogne
© NZ / France 3 Bourgogne


78 % des répondants évoquent un impact très négatif de la crise sur leur chiffre d’affaires. Des tendances confirmées par les adhérents de la CPME de Bourgogne Franche-Comté « plus de 70% des entreprises ont perdu plus de 50% de leur chiffre d’affaires du mois de mars si on le compare à l’année précédente » selon Geoffroy Secula, vice-président du syndicat patronal en région. « Presque toutes les entreprises sont concernées par des baisses de chiffre d’affaires ».

 
© NZ / France 3 Bourgogne
© NZ / France 3 Bourgogne
 

Le chômage partiel concerne plus d’une entreprise sur deux


54 % des entreprises de la région ont recours au chômage partiel, toujours selon l’enquête des CCI. « Cela semble logique et c’est une bonne mesure mais la mise en place du chômage partiel est compliquée. Les services de la DIRRECTE (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) sont submergés de demandes. Dans le meilleur des cas on sera remboursé dans un mois mais pour être réaliste je crains que cela soit plus 1 mois et demi ou deux mois » s’inquiète le vice-président de la CPME Bourgogne Franche-Comté.
 

"Ce n’est pas possible qu’aucune entreprise ne fasse faillite" Geoffrey Secula, CPME


Des entreprises de Bourgogne Franche-Comté, qui évoquent, à 78 %, de fortes tensions sur leur trésorerie, d’après l’enquête de la CCI de Bourgogne Franche-Comté.  D’où l’intérêt de recourir au prêt garanti par l’Etat. Mais, selon la CPME, seulement 35% des entreprises ont demandé ce type de prêt pour l’instant. « J’espère que plus d’entreprise vont le souscrire, cela n’est pas à la hauteur de ce que ca devrait être » explique Geoffroy Secula.
 


« Une de nos autres craintes c’est le délai de paiement de nos factures. Les reports de charges c’est très bien mais ce ne sont que des reports, il faudra payer tôt ou tard mais il sera nécessaire pour certaines entreprises qu’il y ait des annulations de charges, sinon certaines ne passeront pas le cap » prédit le vice-président de la CPME Bourgogne Franche-Comté.

« D’ailleurs, contrairement à ce qu’a pu dire Emmanuel Macron, ce n’est pas possible qu’aucune entreprise ne fasse faillite ». La CPME invite les entreprises de la région à activer le maximum de leviers pour passer « cette période qui va être dure et longue ».  
 
© NZ / France 3 Bourgogne
© NZ / France 3 Bourgogne


Et les problèmes à gérer s'accumulent pour les entreprises de la région.  Pour 65% d'entre-elles, les impacts de la crise concernent les clients et les exportations. 40% des entreprises ont des problèmes de personnel dû au confinement ou aux gardes d’enfants. 38,7% ont des problèmes d’approvisionnement et d'importation avec la fermeture des marchés ou la réduction drastique de l’activité.

 

 

Aider au maintien de la production


Dans ce contexte, les CCI souhaitent faciliter le maintien de la production en mettant en relation les entreprises qui ont des besoins et celles qui peuvent y répondre car « la défaillance des uns entraine la défaillance des autres, en même temps que le dynamisme d’une entreprise génère de l’activité pour les autres entreprises », selon la chambre régionale. Cette volonté s’est traduite par la mise en place une bourse régionale à l’entraide entre entreprises.
 

Sur le même sujet

Les + Lus