Covid-19 : la 4e vague n'épargne pas les Ephad de Franche-Comté

Un cluster de Covid-19 a été identifié à l'Ehpad de la Miotte de Belfort, l'un des 14 établissements pour personnes âgées de la Mutualité Française Comtoise. 18 résidents et 8 salariés ont été testés positifs. Deux patients atteints de comorbidité sont morts. Les 13 autres Ehpad n'ont pas de cluster

Face au variant delta de la covid-19, les Ehpad ne parviennent pas toujours à être des forteresses imprenables. Malgré le protocole sanitaire commun à tous les établissements et défini par le ministère de la Santé, le coronavirus parvient à pénétrer dans les maisons de retraite. 

Sur les 415 établissements implantés en Bourgogne-Franche-Comté, 36 "épisodes COVID", selon l'expression de l'ARS, sont recensés au 25 août.  90% des résidents et environ 75% des professionnels des EHPAD et des Unités de Soin  Longue Durée  ont reçu deux doses de vaccins.

Dans la semaine du 16 au 22 aôut, un cluster a été détecté à l'Ehpad de la Miotte à Belfort. Malgré un fort taux de vaccination (97% des résidents sont vaccinés et 90% des salariés ont reçu une première injection), 18 cas positifs ont été déclarés chez les résidents et 8 salariés ont été testés positifs. Deux personnes âgées, atteintes de comorbidité, sont décédées. L'une était vaccinée, l'autre pas. 

Pour les autres cas positifs chez les résidents, deux sont hospitalisés, 13 personnes vaccinées ne présentent pas de symptômes et une résidente temporaire asymptomatique est rentrée chez elle. 

Du côté du personnel, sur la centaine de salariés, 8 d'entre eux ont été testés positifs. Ils ont été mis à l'isolement chez eux comme le prévoit le protocole sanitaire. 5 ne sont pas vaccinés et 3 sont vaccinés. 

Quelle est la "cause racine" de ces contaminations en Ehpad ?

Comment le variant delta du coronavirus a pu pénétrer dans cet établissement de Belfort ? D'après Jacques Hosotte, directeur qualité en charge de la gestion des risques à la Mutualité Française Comtoise, "cela vient probablement des familles". 

Les visites à l'Ehpad de la Miotte sont suspendues jusqu'au 30 août. La direction du groupe mutualiste a décidé de procéder à des tests pour l'ensemble des résidents et du personnel le 25 août. Actuellement, le coronavirus n'a touché que le rez-de-chaussée et le 1er étage de l'établissement. Aucun cas n'a été signalé au 2e et 3e étage. Si à l'issue des résultats des tests du 25 août, les résultats sont négatifs au 2e et 3e étages, les visites pourront de nouveau être autorisées dans ces étages. Pour les personnes en fin de vie, les visites sont autorisées. 

Sur les 14 Ehpad gérés par la Mutualité Française Comtoise, un seul cluster a été identifié la semaine dernière. Par précaution, des tests généralisés ont été réalisés dans les établissements de Bart et Sochaux. Dans ces deux Ehpad, un cas positif avait été déclaré. Les resultats ont été rassurants, pas de trace de covid-19. 

Dépistage et isolement

Depuis le 9 août, il est désormais obligatoire de présenter un pass sanitaire pour rendre visite à des résidents de maison de retraite. Mais une fois à l'intérieur des locaux, c'est la vie normale qui reprend ses droits avec "le respect des gestes barrières". Tout est détaillé sur le site internet du gouvernement.  Le personnel lui devra être vacciné d'ici le 15 octobre prochain. 

Malgré toutes les précautions prises par les salariés des Ehpad, le coronavirus parvient à pénétrer dans les établissements. Dans le Nord Franche-Comté, l'Ehpad de la Rosemontoise à Valdoie doit faire face à une nouvelle vague de cas Covid-19. Un résident, déjà affaibli par de nombreuses pathologies, est décédé du covid. D'autres cas ont aussi été détectés dans d'autres Ehpad du Nord Franche Comté. 

Lorsque des cas de covid-19 sont déclarés, les préconisations de l'ARS sont claires : 

"En cas d'apparition d'un premier cas au sein de l'établissement, il est procédé à un dépistage des résidents et des professionnels de l'établissement. La détection de trois cas parmi les résidents ou les professionnels des établissements peut conduire la direction à mettre en place des mesures de protection complémentaires. Pour les personnes cas contact et cas confirmés d'infection au Covid au sein de l'établissement, les règles qui s'appliquent sont les mêmes que celles en vigueur pour l'ensemble de la population."

Ministère de la santé

A la maison de retraite d'Audincourt dans le Doubs, il n'y a actuellement aucun cas de Covid. Comme à la maison de retraite Cournot-Changey de Gray en Haute-Saône.  Sur les 75 résidents de cet Ehpad, seuls trois d'entre eux ne sont pas vaccinés. Une décision de leur famille car ils ne peuvent pas sortir de leur lit, ils n'ont donc pas de contact avec d'autres résidents. Quant aux 60 salariés, l'ensemble du personnel est vacciné. Six personnes ont attendu le dernier moment pour le faire, un choix "contraint". 

"Immunité collective"

Mais dans cet établissement, il semblerait que cela soit un "phénomène d'immunité collective" protège désormais salariés et résidents estime le directeur Frédéric Meunier. Lors de la première vague en mars 2020, cet établissement a été durement touché par le coronavirus. Une dizaine de résidents sont décédés du covid-19. Le coronavirus avait tellement circulé dans l'établissement que, fin avril 2020, 53% des salariés avaient développé des anti-corps. Si bien que lors de la deuxième vague, l'Ehpad sera beaucoup plus épargné par le coronavirus. Aujourd'hui, les visites aux résidents sont libres. Seule nouvelle contrainte : devoir montrer son pass sanitaire quand on souhaite rentrer dans l'établissement. "Une grosse majorité des visiteurs comprennent" explique le directeur  Frédéric Meunier. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société