Covid-19 : pour ne pas jeter des doses, la maire de Beauvernois a vacciné sans autorisation

Une maire de Saône-et-Loire a proposé aux personnes vulnérables de son village des doses de vaccins inutilisées. Neuf patients ont reçu leur première dose en février dernier. La deuxième dose a été donnée cette semaine.

La salle des fêtes de Beauvernois s'est transformée en un petit centre de vaccination
La salle des fêtes de Beauvernois s'est transformée en un petit centre de vaccination © FTV Anthony Borlot

Lors des tournées de vaccination dans les Ehpad, il demeure parfois des doses de vaccins restantes, bien que tous les pensionnaires soient vaccinés. La Maire de Beauvernois (Saône-et-Loire) a pris l'initiative il y a quelques semaines de vacciner les personnes les plus vulnérables de son village, malgré les critiques de l'Agence Régionale de Santé.

Un mini-centre de vaccination

Dès l'entrée de  la salle des fêtes, on procède à la désinfection des mains, au passage en salle d'attente, à la prise de tension puis direction la salle d'injection. Tout est semblable à un centre de vaccination. 
6 patients du village sont venus recevoir leur seconde dose de vaccin Pfizer.

Une initiative toute personnelle

Mi-février, Elisabeth Canard, maire de Beauvernois et infirmière, apprend que 9 doses de vaccin Pfizer ne seront pas administrées dans un Ehpad. Spontanément, elle décide de les proposer à 9 personnes parmi les plus vulnérables de son village : "On a juste pu éviter un gaspillage qui est sincèrement peu utile par les temps qui courent. On voit partout dans les journaux, dans la presse télé, la presse écrite, qu'il ne faut pas jeter. Que des gens cherchent des doses désespérément, voilà on en a eu neuf mais voilà je ne me sens pas privilégiée."

C'est une amie médecin, qui tient à rester anonyme, qui l'accompagne dans cette vaccination hors norme. Cette initiative a surprise l'Agence Régionale de Santé dans un premier temps. Elle a même trouvé des doses pour la seconde injection.  Le docteur Camille déclare "Vu qu'on a vacciné les premiers qui voulaient se faire vacciner, c'était une liste qu'on avait fait en urgence. Il fallait être sûr qu'ils soient vaccinés pour la deuxième."
Cette position est confirmée par l'Agence Régionale de Santé. Contactée, l'agence précise qu' « elle a toujours donné pour consigne de ne pas jeter de dose de vaccin." 

Une vaccination controversée

L'organisation de cette vaccination n'a pas été une partie de plaisir pour Elisabeth Canard. Certaines personnes n'ont pas apprécié la démarche et lui ont fait savoir par le biais de lettre anonyme. A la question de savoir si elle recommencerait une telle vaccination, en ayant la possiblité, la maire Mme Canard répond : "Si c'était plus simple, oui. Mais franchement à un moment je me suis dit que ce n'était pas la meilleure idée que j'ai eu de ma vie. "
Il reste 3 autres patients à vacciner.  Ils ont rendez-vous  à la salle des fêtes lundi prochain, le lundi 15 mars.

Le reportage d'Alexandre Baudrand et Anthony Borlot
Intervenants :

Beauvernois : vaccination avec des doses restantes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19