COVID-19. Trois tests en 4 jours, « c’est trop » pour les parents d’élèves de maternelle

Publié le
Écrit par Inès Tayeb

Depuis le 3 janvier, date de rentrée, un nouveau protocole sanitaire a été mis en place par l’Education Nationale. Les élèves de moins de 12 ans cas contact doivent immédiatement réaliser un test PCR ou antigénique, puis un autotest à J+2 et un autre à J+4. Mais faire réaliser un test à un enfant en bas âge n'est pas de tout repos, comme en témoignent deux mères de famille.

Trois tests en 4 jours, tel est le nouveau protocole à suivre si un enfant de moins de 12 ans est cas contact. Pour les enfants scolarisés en maternelle, réaliser un test de type PCR avec coton tige, peut s’avérer fastidieux. "Ma petite de trois ans a dû en faire un l’année dernière, on avait des suspicions de Covid-19", se rappelle Stéphanie, habitante de Vandoncourt, dans le Pays de Montbéliard. "On a beau leur expliquer que ça ne va pas faire mal, elle voit une dame qui arrive combinaison blanche de la tête aux pieds, nous demandant de tenir notre enfant pour qu’elle ne bouge pas, c’est impressionnant. Ils sont encore tout petit…il y a des pleurs forcément", poursuit la maman de quatre enfants.

Même constat pour Alice, maman de Mathéo, 4 ans et demi, scolarisé en moyenne section à Besançon, qui redoute tout autant l’épreuve du test nasal. "À chaque fois, mon petit saigne du nez, il hurle, il a mal, c’est traumatisant. Le test PCR, je dis stop."

"Il y a beaucoup d'enfants qui ne savent pas cracher"

Il existe bien des tests salivaires pour les plus jeunes. S’ils sont indolores, ils ne sont pas toujours faciles à réaliser rapidement. "C’est assez compliqué pour les petits, il y a beaucoup d’enfants qui ne savent pas cracher, mon fils y arrive mais c’est très long, il faut remplir un quart du gobelet ", raconte Alice.

Entre les tests salivaires qui peuvent s’avérer pénibles à réaliser et les tests avec coton tige dans le nez parfois douloureux, difficile de dépister les plus petits. Alors trois tests en quatre jours, certains parents préfèrent dire non.

"Déjà en labo c’est une chose, mais le faire nous même à nos enfants en est une autre…je ne prendrais pas le risque de la blesser", explique Stéphanie. Si ses enfants en bas âge son cas contact, cette mère de famille les gardera à la maison. "Il faut malgré tout vérifier avant son retour à l’école pour qu’elle ne contamine pas quelqu’un, mais je ferais qu’un seul test en labo à J+4. Entre temps je la garderais à la maison, elle loupera quatre jours d’école en maternelle, tant pis", se résigne Stéphanie.