Covid-19 un an après : forgeron, il a tout quitté pour monter son entreprise, mais l'épidémie a tout arrêté

Il y a un an, Victorien Meuriot quitte son emploi pour créer son entreprise de ferronnerie d’art à Vielverge (Côte d'Or). Il avait obtenu l'accord de sa banque avant que la Covid-19 ne stoppe toute procédure. L'artisan a donc décidé de lancer une cagnotte participative.

Victorien Meuriot, artisan forgeron en quête de financement.
Victorien Meuriot, artisan forgeron en quête de financement. © Victorien Meuriot

Victorien Meuriot est forgeron à Vielverge (Côte d'Or). Alors qu'il a tout quitté pour monter son entreprise, la pandémie de la Covid-19 gèle ses financements et met à l'arrêt son projet. Il a lancé depuis le début du mois de mars, une cagnotte participative sur la plateforme Kiss Kiss Bank Bank. L’objectif : réunir 5 000 puis 10 000 euros afin de créer son entreprise de ferronnerie d’art.

Un élan de générosité

Un élan de générosité donne espoir au jeune entrepreneur qui a déjà récolté 58% de son objectif. « J’ai toujours eu beaucoup de soutien dans les moments de mou. Avec les dons participatifs, il y a beaucoup d’entraide morale, des messages, des dons matériels… J’ai redécouvert la générosité » raconte le forgeron.

"Je n'ai jamais pensé baisser les bras" - Victorien Meuriot

Le parcours du combattant           

Il y a un an déjà, Victorien Meuriot décide de quitter son emploi d’ouvrier afin de créer sa propre entreprise. Passionné, il souhaite être plus libre dans ses créations et obtenir la reconnaissance de son travail. Il rencontre une banque enthousiaste qui souhaite investir dans son projet. Mais à la mi-mars, la Covid-19 gèle son avancée. Finaement, après six mois d’attente, sa banque ne peut plus le suivre dans l’aventure.

Des péripéties qui n’ont pas entaillé la motivation du forgeron : « Je n’ai jamais pensé baisser les bras. Il faut toujours chercher le côté positif de ce qui se passe dans notre vie et voir les opportunités. Indirectement, la Covid-19 m’en a apporté. Elle a gelé mon projet mais je suis passé par un chemin plus humain. Si j’étais passé par les banques, je n’aurais pas rencontré autant de personnes. J’ai aussi beaucoup gagné en visibilité, notamment sur ma page Facebook » explique Victorien Meuriot.  

Les cagnottes en ligne sont un mode de financement de plus en plus plébiscité par les entrepreneurs. Celle de Victorien est quant à elle, ouverte jusqu’au 6 avril.

 

Soignants, malades, commerçants, employés de supermarché, artistes, élus ou encore parents : nous les avions rencontrés il y a un an. Aujourd’hui ils nous racontent leur année Covid. Pour les découvrir, cliquez sur un point, zoomez sur le territoire qui vous intéresse ou chercher la commune de votre choix avec la petite loupe. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie solidarité société