Covid-19 : Une surmortalité de 26% en Bourgogne-Franche-Comté lors de la seconde vague

L’INSEE a publié les données de la mortalité dans notre région depuis le 1er septembre 2020. Après Rhône-Alpes Auvergne, la région Bourgogne-Franche-Comté est la plus touchée.

<p>En Bourgogne-Franche-Comté, la seconde vague a engendré une surmortalité de 26%.&nbsp;</p>
En Bourgogne-Franche-Comté, la seconde vague a engendré une surmortalité de 26%.&nbsp; © ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP

Entre le 1er septembre 2020 et le 11 janvier 2021, notre région a enregistré 13 712 décès, soit 26 % de plus qu'un an auparavant sur la même période

© INSEE

120 décès par jour en moyenne

Cette augmentation concerne surtout les classes d'âge au-delà de 65 ans, et en particulier les personnes âgées de 85 ans ou plus. La baisse sensible et rapide de l'excédent de décès qui a suivi le pic lors du premier confinement ne se retrouve pas pour l'instant dans la région. Alors qu'en France le nombre de décès diminue progressivement, il se stabilise sur un plateau élevé dans la région : il oscille autour des 120 décès quotidiens depuis 2 mois.

© INSEE

Une surmortalité qui touche fortement la Haute-Saône

Voici l’évolution des décès par département entre le 1e septembre 2020 et le 11 janvier 2021 par rapport à la même période un an avant.

 

Doubs :  + 20,9 % 

Jura : + 28 %

Haute-Saône : + 38 %

Territoire de Belfort : +22,6 %

Côte-d’Or : + 28,8 %

Nièvre : +16,2 %

Saône-et-Loire : + 33,2 %

Yonne : + 17,9 %

 

Lors de cette deuxième crise sanitaire, la Haute-Saône est le département qui enregistre la plus forte progression des décès avec 744 morts, vient ensuite la Saône-et-Loire (2294 décès) et la Côte-d’Or (1973 décès parmi ses habitants).

En France, la surmortalité de la deuxième vague est de + 15%

Le nombre de décès quotidiens en France s'est stabilisé depuis début janvier au niveau atteint lors de la deuxième quinzaine d'octobre, a indiqué vendredi l'Insee dans son bilan hebdomadaire des décès pendant l'épidémie de Covid-19.

En moyenne, 2.020 décès, toutes causes confondues, ont été comptabilisés chaque jour du 1er au 11 janvier, soit 6% de plus que l'an dernier sur la même période, a précisé l'institut statistique. Au moment du pic de la deuxième vague, entre le 1er et le 15 novembre, on avait compté en moyenne 2.260 morts par jour, soit 33% de plus qu'à la même période de 2019. Sur l'ensemble de la deuxième vague, soit du 1er septembre 2020 au 11 janvier 2021, l'excédent de mortalité constaté est de 15% par rapport à la même période, un an plus tôt. La surmortalité est plus marquée chez les personnes âgées de 75 à 84 ans (+18%) que dans l'ensemble de la population. Sur l'ensemble de l'année 2020, la France a enregistré 54.500 décès de plus qu'en 2019, soit une surmortalité de 9%.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé