Décès de Paulette Guinchard par suicide assisté, les hommages nombreux saluent l'ancienne secrétaire d'Etat

L'ancienne députée du Doubs, et secrétaire d'Etat aux personnes âgées sous le gouvernement de Lionel Jospin est morte ce jeudi 4 mars à l'âge de 71 ans en Suisse où elle avait fait le choix de mourir. Les réactions de tous bords saluent l'engagement et le parcours de la femme politique. 

 8/03/2005. ASSEMBLEE NATIONALE : QUESTIONS AU GOUVERNEMENT, SEANCE PRESIDEE PAR PAULETTE GUINCHARD KUNSTLER DEPUTE PS, A L'OCCASION DE LA JOURNEE DE LA FEMME.
8/03/2005. ASSEMBLEE NATIONALE : QUESTIONS AU GOUVERNEMENT, SEANCE PRESIDEE PAR PAULETTE GUINCHARD KUNSTLER DEPUTE PS, A L'OCCASION DE LA JOURNEE DE LA FEMME. © A DE ROLL - maxPPP

Elle a été l'auteure de la loi sur l'APA, allocation personnalisée autonomie (2001) qui perdure de nos jours et vient en aide aux personnes âgées. Cette allocation permet aux personnes âgées, une prise en charge des dépenses nécessaires pour permettre de rester à domicile, ou de payer une partie du tarif dépendance de l'établissement médico-social comme un Ehpad.

Fille d'agriculteurs du Doubs, infirmière, la socialiste Paulette Guinchard, a été adjointe à la mairie Besançon, conseillère régionale en Franche-Comté, députée du Doubs et secrétaire d'Etat aux personnes âgées dans le gouvernement de Lionel Jospin.

L’ancienne députée et ancien secrétaire d’Etat aux personnes âgées, Paulette Guinchard est décédée

En 2007, elle avait abandonné la politique pour des raisons de santé. Très diminuée par la maladie, Paulette Guinchard a décidé de sa mort, en pratiquant le suicide assisté en Suisse, ce dernier n'est pas possible en France.

 

Marie-Guite Dufay (PS), présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté

Dans un tweet publié en fin de matinée, la socialiste a été la première à rendre hommage à la femme politique dont elle était proche. "Paulette était mon amie. Elle était "notre" Paulette tant le lien tissé entre elle et tous ceux qui ont eu la chance de la côtoyer était fort. Aujourd'hui, le chagrin est immense". 

"Jusqu'au bout, elle a combattu la maladie avec les armes que nous lui connaissions : courage, lucicidité et détermination...jusqu'au bout, elle a été dans la vie malgré ses souffrances.... pendant toute sa vie, Paulette nous a beaucoup poussés à réfléchir et à repenser notre rapport au veillissement. Sa décision ultime, le suicide assisté, que la loi de notre pays n'autorise pas, nous invite encore à réfléchir et à avancer pour mieux appréhender la fin de vie en toute dignité, en toute conscience et en toute liberté" souligne Marie-Guite Dufay.

Elle avait une maladie héréditaire. Son papa avait la même, elle savait ce qui l’attendait, ce corps qui la lâchait alors que la tête ne la lâchait pas. Alors elle a décidé de partir, et a elle voulu que ce geste soit connu pour qu’il puisse peser dans le débat.

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté

L'hommage de Marie-Guite Dufay à Paulette Guinchard

“Le chagrin est immense. Paulette a marqué de façon extraordinaire la vie politique car elle était toute tendue vers les autres, les plus faibles, les plus fragiles...Elle s’est toujours mise à la hauteur des petits. Elle était simple, authentique, naturelle et tellement efficace” ajoute la président de région. 

Une femme d'un extraordinaire qualité pour Lionel Jospin

Contacté par France Bleu Besançon, l'ancien premier ministre se souvient : "Elle montrait une connaissance des dossiers dans leur technicité et dans leur dimension humaine, et elle a compris qu’elle avait la possibilité de faire avancer la cause de l’autonomie pour les gens qui commençaient à devenir dépendants"..."quand il a fallu faire un choix pour le poste de secrétaire d'Etat aux personnes âgées, le choix de Paulette s’est imposé." 

"C’est un décès militant" estime l'ancien maire de Besançon

L’ancien maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret (LREM) a appris avec émotion dit-il la disparition de l’ancienne élue. “Paulette Guinchard, c’est quelqu’un qui avait amené de la fraîcheur en politique, c’était une femme d’écoute, de consensus. Quelqu’un de rempli d’humanité et de générosité. Son décès est militant, elle n’a l’a pas fait en cachette, elle voulait que ça se sache” confie Jean-Louis Fousseret. “On avait démarré la politique ensemble en 1983 comme jeunes adjoints de Robert Schwint à la ville de Besançon. En 1997, on avait été élus ensemble députés du Doubs. Je me souviens de l’émotion ce soir-là, avec les parents de Paulette Guinchard et les cloches du Haut-Doubs présentes dans la salle du Kursaal à Besançon” dit-il.

Martine Aubry, maire de Lille et ancienne ministre dit son immense tristesse

"Mon amie Paulette Guinchard nous a quittés. Passionnée de son territoire, Besançon et le Doubs, elle était aussi ouverte au  monde comme en témoigne sa passion pour l'Afrique. Son engagement personnel et sans faille a été celui de l'amélioration des conditions de vie des personnes âgées, qu'elles soient autonomes ou dépendantes" dit Martine Aubry.

François Hollande : "Paulette sera restée digne jusque dans son dernier instant"

L'ancien président de la République n'a pas réagi publiquement, mais il a transmis un message d'amitié à l'ancien président du Conseil départemental du Doubs, Claude Jeannerot, très affecté par la nouvelle du décès de Paulette Ginchard. "Ton message cher Claude m'attriste mais me confirme que Paulette sera restée digne jusqu à son dernier instant. Femme volontaire elle a conduit son existence au service des autres conformément à ses engagements. Je partage le deuil de la région" écrit François Hollande.

Benoit Hamon, l'ancien ministre de l'Education souligne une bienveillance incroyable

"Paulette a beaucoup fait pour la prise en compte de la dépendance de nos aînés, pour leur dignité et une meilleure prévention du vieillissement" estime Marie-Noëlle Lienemann, ancienne ministre socialiste. Marylise Lebranchu salue "le courage et la détermination jusqu’au bout". Pierre Moscovici, voit en Paulette Guinchard "une formidable élue locale puis députée du Doubs, une amie et une collègue marquante au sein du gouvernement de Lionel Jospin. Elle laisse une grande loi créant l’APA. Je salue sa mémoire et sa famille avec émotion" dit le Président de la Cour des Comptes qui connaissait l'ancienne élue. 

A droite, Annie Genevard, émue par la mort de Paulette Guinchard

Les deux femmes vivent sur les terres du Haut-Doubs. La vice-présidente LR de l'Assemblée nationale et députée du Doubs s'exprime sur Twitter :

Eric Alauzet, médecin et député LREM du Doubs

Dans un texte touchant, le député du Doubs salue le goût des autres, l'humanisme de l'ancienne élue : "Nous t’aimons Paulette. Ta disparition nous plonge dans un profond chagrin. Tu représentes tant pour nous. Tu nous a éclairés et émus. Tu laisses une empreinte intense chez tous ceux qui t’ont côtoyée et qui t’ont aimée. Tu as marqué ton territoire et ton temps. Ton humanisme a inspiré toute ta vie, depuis toujours, que ce soit à travers ton parcours d’infirmière au service des âmes mais aussi de toute ta vie politique exemplaire. Avec cet ultime acte de liberté, tu as choisi la seule voie possible pour toi, celle de la dignité. Nous t’aimons."

François Patriat, sénateur LREM de Côte-d'Or

"J’apprends avec émotion le décès, à sa demande, de Paulette Guinchard après une longue et douloureuse maladie. Son humanité, sa gentillesse, son engagement ministériel et militant étaient admirés de tous. Nous saurons garder son message" assure l'élu de Bourgogne.

Anne Vignot, maire écologiste de Besançon

"J'apprends le décès de Paulette Guinchard. Femme politique engagée au service des autres. Humaine, déterminée, précurseuse sur les questions de la prise en charge des personnes âgées. Son rôle politique national et bisontin ne peut laisser indifferent". 

"Pour elle, la vieillesse n’était pas un tabou. Le vieillissement de nos proches, le nôtre, Paulette Guinchard nous poussait à regarder cette réalité sur laquelle trop longtemps notre société avait fermé les yeux" ajoute Anne Vignot dans un communiqué. "Notre ville est aujourd’hui en deuil. Les drapeaux seront mis en berne le jour de ses obsèques et nous respecterons une minute de silence demain, vendredi 5 mars, à 12h en mairie sur l’esplanade des droits de l’Homme. Un registre de condoléances sera ouvert jusqu’à ses obsèques en mairie."

"Elle nous a ouvert les yeux sur la vieillesse"

"Je retiendrai plusieurs choses de son message politique à la fois son intérêt très tôt pour l’environnement et l’intercommunalité ce qui était à l’époque vraiment précurseur Je retiendrai également et surtout le fait de nous avoir ouvert les yeux sur la vieillesse ... sujet qui jusqu’alors était un sujet tabou dans notre société. Un grand respect pour cette femme tellement humaine" déclare Nicolas Bodin, socialiste et élu de Besançon.

Elise Aebischer, conseillère municipale à Besançon

La jeune génération n'oublie pas son aînée. "Grande figure politique bisontine et nationale, secrétaire d'Etat chargée des personnes âgées sous Jospin, elle impulse l'Allocation Personnalisée d'Autonomie, une de ces mesures qui changent la vie. Paulette Guinchard a rendu la gauche si fière" estime Elise Aebischer.

Les hommages des Francs-Comtois

A l’annonce du décès de Paulette Guinchard, les Comtois ont réagit sur les réseaux sociaux. Une belle personne. Une grande dame, disent-ils. « Quelle tristesse, quelle femme que j'ai pu côtoyer plusieurs fois. Une personne si humaine » écrit une internaute.  


« Merci Madame , pour vos prises de position et votre humanité » ajoute une autre. "Merci madame #PauletteGuinchard pour nos parents et pour nous bientôt" ajoute un abonné Twitter.

Anne elle s’interroge : « ’C’est bien dommage que le suicide assisté ne soit pas légal en France. Beaucoup de personnes en fin de vie et subissant de grandes souffrances physiques et moral aimeraient peut être également bénéficier de cet 'avantage' si l'on peut voir ça comme un avantage bien sur. C'est une secrétaire d’Etat, une française qui est partie en Suisse. Une loi pourrait être faite pour la France et les français voulant accéder a ce service. »

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste