À Besançon, les salariés de Stanley Black & Decker Manufacturing sont en grève

Ce mercredi, ils auront passé leur deuxième journée à débrayer. De 7h à 15h sur le piquet de grève, les 80 ouvriers de l'entreprise de fabrique de pinces protestent contre le montant de leur prime d'intéressement. Dans les têtes, aussi, la crainte des conséquences d'une fusion avec le "voisin".

Les salariés de l'entreprise Stanley Manufacturing protestent contre le faible taux d'intéressement proposé par leur direction.
Les salariés de l'entreprise Stanley Manufacturing protestent contre le faible taux d'intéressement proposé par leur direction. © Clément Jeannin

Dans le monde de l'outillage, Stanley, c'est un nom qui parle, même aux béotiens et aux bricoleurs des jours fériés. Présentes côte-à-côte à Besançon depuis 2018, les usines de Stanley Black & Decker Manufacturing (fabrication de pinces) et Stanley Tools (fabrication de mètres, niveaux) se partagent les même locaux, les même machines à café. Mais pas les mêmes primes d'intéressement. Et ça grince.

"Tous les mois de mai, quand la prime tombe, l'ambiance se tend entre salariés, résume Babacar Kébé, délégué CFDT. Chez nous, à Stanley Manufacturing, la prime d'intéressement est à 7,60%, soit environ 2000€, alors qu'à Stanley Tools, elle est de 15%, ce qui fait donc une prime d'au moins 4500€! Les salariés de "Tools" touchent le double de nous. Alors que nous faisons le même métier !"

© Clément Jeannin

Une différence née de deux accords collectifs décidés avant la fusion, quand Stanley Manufacturing se trouvait à 30 kilomètres de là, à Laissey, dans le Doubs. Depuis la fusion, la direction est commune aux deux entités, mais des différences perdurent. En pleine renégociation pour trois ans du taux de la prime d'intéressement, les délégués CFDT (le syndicat majoritaire) réclament un taux de 12%. La direction leur propose pour l'instant 9%.

"Tout le monde sait, sur le site des Tilleroyes, que des négociations sont en cours à propos d'une fusion des deux entités. Dans l'histoire, c'est "Manufacturing" qui absorberait "Tools", mais on est prêt à continuer la mobilisation", explique le délégué CFDT.

Ce mercredi-soir, la direction de Stanley Manufacturing s'est exprimée, par le biais d'un communiqué.  

"Au terme de ces discussions, la Direction a proposé des avancées significatives pour les collaborateurs et notamment une amélioration de la grille sur le prévisionnel 2021 de plus de 21% par rapport au précédent accord d’intéressement. La Direction a donné une réponse favorable à la demande des syndicats d’établir une grille commune, l’ajout d’un bonus supplémentaire et la revue du bonus liée à l’absentéisme afin d’être plus atteignable.

La direction de l’entreprise demeure convaincue que seul un dialogue social apaisé, constructif et continu permettra de parvenir à un accord équilibré et dans l’intérêt de tous. Elle regrette ainsi que certains représentants du personnel aient quitté la table des négociations et se soient mis en grève en signe de protestation"

Pas suffisant pour les grévistes. Qui demandent que la grille d'intéressement soit à 10%, sans les bonus d'objectifs qu'ils jugent inatteignables pour une partie de leur personnel vieillissant. Le site de Stanley Manufacturing devrait rester en grève au moins jusqu'à vendredi inclus.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie industrie