Affaire Narumi Kurosaki : Nicolas Zepeda à l'isolement et sous suivi pour éviter un "choc carcéral"

Nicolas Zepeda mis en examen le 24 juillet pour l'assassinat de Narumi Kurosaki, étudiante japonaise disparue en 2016 a été placé dans une cellule individuelle à la maison d'arrêt de la Butte.

Nicolas Zepeda quitte le palais de justice de Besançon pour être incarcéré à la maison d'arrêt, le 24 juillet 2020.
Nicolas Zepeda quitte le palais de justice de Besançon pour être incarcéré à la maison d'arrêt, le 24 juillet 2020. © SEBASTIEN BOZON - AFP
Le suspect mis en examen vendredi pour l'assassinat de la jeune femme a été incarcéré dans une cellule d'isolement de la maison d'arrêt de Besançon "pour sa sécurité", précise une source judiciaire. Il avait été extradé la veille depuis le Chili son pays de résidence.

 "Au vu du retentissement médiatique de l'affaire, il a été placé seul dans sa cellule. Il ne rencontre pas les autres détenus pour sa propre protection et éviter qu'il ne subisse des pressions", a-t-on précisé de même source.
    
Des mesures de surveillance particulières ont été mises en place par l'administration pénitentiaire, notamment pour s'assurer de l'évolution de l'état psychologique de Nicolas Zepeda et prévenir un éventuel "choc carcéral", alors qu'il est loin de sa famille restée au Chili, selon la même source.
    
Nicolas Zepeda, 29 ans, est l'unique suspect dans l'enquête sur la disparition de Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé malgré d'importantes recherches.


Nicolas Zepeda clame être innocent dans la disparition de Narumi Kurosaki


Il a réaffirmé qu'il était innocent vendredi dans le bureau de la juge d'instruction de Besançon. Une juge des libertés et de la détention avait ensuite décidé de son placement en détention provisoire.

Les deux jeunes gens s'étaient rencontrés en 2014 au Japon, où il étudiait. Nicolas Zepeda était tombé éperdument amoureux de l'étudiante. Mais peu avant la disparition de Narumi, ils avaient pris leurs distances et l'étudiante japonaise avait débuté une nouvelle relation, suscitant la jalousie du jeune Chilien. Lors de l'enquête, de nombreux éléments matériels ont pu établir la présence du suspect en France au moment de la disparition de l'étudiante. Nicolas Zepeda avait acheté du combustible, des sacs poubelles, de la javel et un téléphone avec une carte sim à une fausse adresse. Le GPS de son véhicule a indiqué qu'il s'était rendu dans une zone forestière près de Dole avant la disparition de la jeune femme et quelques heures après sa supposée disparition. 

Le soir du 4 décembre 2016, le couple avait diné au restaurant avant de rentrer ensemble dans le logement de Narumi sur le campus universitaire de Besançon. Cette nuit-là, selon les enquêteurs, plusieurs étudiants ont entendu "des hurlements de terreur, des cris". Nicolas Zepeda est le dernier à avoir vu la jeune fille vivante.


La famille de Narumi Kurosaki supplie Nicolas Zepeda de dire où se trouve le corps de la jeune japonaise


Après la mise en examen de Nicolas Zepeda, Me Sylvie Galley l'avocate de la famille de Narumi Kurosaki a expliqué que la famille au Japon attendait des réponses. "Ils sont effondrés aujourd'hui parce qu'ils espéraient que des révélations seraient faites. J'ai dû leur apprendre que Nicolas Zepeda reste sur un positionnement lié à son innocence. Ils voudraient supplier, ce sont les termes qu'ils utilisent, supplier Nicolas Zepeda de leur révéler le lieu où se trouve Narumi" a également déclaré l'avocate bisontine. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition de narumi kurosaki faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter