Besançon : à la découverte de la première cour revégétalisée, pour lutter contre les îlots de chaleur

La première cour d'école revégétalisée de Besançon fait le bonheur des enfants de l'école Brossolette, dans le quartier de Montrapon, selon la directrice de l'établissement. D'autres doivent voir le jour. Explications.

Pour l'instant, la verdure n'est pas encore visible dans cette cour de recréation de 5000 mètres carrés, la plus grande du département du Doubs. Pourtant, dans quelques mois, les arbres, nombreux arbustes et le gazon créeront un espace de fraîcheur et de nature au coeur de cet établissement scolaire installé 35 avenue de Montrapon à Besançon. Ici, un travail de réaménagement a été entrepris avec le concours des résidents du quartier et des enfants pour leur permettre de profiter d'un espace plus adapté à leurs besoins. Une partie de la cour de recréation sera accessible d'ailleurs en dehors du temps scolaire aux habitants des alentours.

L'espace a été entièrement revégétalisé et redéfini avec des matériaux 100% perméables tels que du béton de bois, de la résine naturelle ou encore du stabilisé. De grandes jardinières pouvant être utilisées de manière pédagogique avec les enfants ont été installées et attendent que les petites mains s'y plongent. Le but ? Réduire la chaleur et rendre les sols perméables pour que l'eau puisse s'infiltrer et être stockées dans le sous-sol. Cela permet de réduire la température en surface et ainsi lutter contre le réchauffement climatique. C'était d'ailleurs l'un des engagements de l'équipe municipale dirigée par Anne Vignot, maire écologiste de Besançon.

Découvrez le reportage vidéo de Johanna Albrecht, Laurent Brocard et Emmanuel Dubuis :

"Une zone de nature qu'ils vont s'approprier"

"Ca fait plus d'un an qu'on travaille avec les enfants. L'idée c'est d'avoir des coins différents : le coin zen, le coin des tout-fous, le coin des tout-doux, le coin pour jouer au ballon, pour jardiner, pour jouer avec l'eau... La cour devient un support pédagogique en même temps qu'elle est un gigantesque parc et une zone de jeu fantastique pour les enfants. On n'a plus les lignes de foot, on n'a plus les buts, par contre on a cette zone de nature qu'ils vont s'approprier" nous a expliqué Samuel Lelievre, directeur Biodiversité et espaces verts à la ville de Besançon. 

Une cour de recréation jusqu'à présent c'était de l'enrobé et quelques arbres. Ca surchauffait l'été. Les enfants ne pouvaient pas être bien, cela se répercutait dans les classes selon les professeurs.

Samuel Lelièvre, directeur biodiversité à Ville de Besançon

Au passage, le terrain de foot utilisé par une minorité d'enfants, en majorité des garçons, et qui monopolisait l'espace a été supprimé. "Du côté des enfants, c'est une réussite complète. Certains disent déjà 'aller au parc', plutôt 'qu'aller en recréation'. C'est réussi. J'ai été impressionnée par l'ambiance dans la cour et dans l'école depuis le début de l'année. Les enfants se sont emparés tout de suite de tous les endroits présents. Ils sont acteurs de la cour. La première réussite ce sont les jardinières et le deuxième endroit qu'ils aiment beaucoup c'est l'endroit avec les copeaux et les rondins de bois" a détaillé Maud Delsart, directrice de l'école Pierre Brossolette. 

Le budget de la Ville de Besançon pour lutter contre les îlots de chaleur s'élève à six millions d'euros sur la totalité du mandat municipal d'Anne Vignot. La rénovation de la cour de l'école Brossolette a coûté 680 000 euros, avec l'aide notamment de financements de la Régions Bourgogne-Franche-Comté et de l'Agence de l'eau. Au total, 30 cours d'écoles, plus petites, doivent être rénovées et réaménagées de la sorte à raison de cinq par an. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement éducation société