Besançon : coups de feu, drogue, incendie... “Nous ne lâcherons rien” rappelle le Préfet du Doubs

Joël Mathurin, préfet du Doubs / © Lionel VADAM - maxPPP
Joël Mathurin, préfet du Doubs / © Lionel VADAM - maxPPP

Après de nouveaux coups de feu vendredi 10 janvier dans le quartier de Planoise à Besançon, le Préfet estime que la lutte contre le trafic de drogue a avancé ces derniers mois. Il annonce des renforts importants de police sur le terrain. Et invite les habitants à donner des noms. 

Par S.C avec AFP

Les habitants médusés ont assisté impuissants, une nouvelle fois à la scène et au bruit des armes. De nouveaux coups de feu ont tirés vers 16 h ce vendredi en fin d'après-midi rue de Picardie à proximité d'une école du quartier. Les parents ont du venir chercher les enfants à l'arrière du bâtiment, une fois la zone sécurisée.

Plus tard à 18 heures, place de l'Europe de nouveaux tirs ont retenti. Le bilan est de deux blessés sans pronostic vital engagé. Les deux personnes âgées de 24 et 19 ans ont été touchées aux jambes et hospitalisées au CHU e Besançon. 
 
 Plusieurs coups de feu avaient déjà été tirés plus tôt dans l'après-midi, sans faire de blessé. Depuis moins de deux mois, dans ce quartier populaire, on déplore une demi-douzaine de scènes de coups de feu.



Un quartier qui fait partie du dispositif "Quartier de reconquête républicaine"


Le quartier de Planoise est classé depuis octobre 2018 "Quartier de reconquête républicaine" (QRR). Des renforts de moyens de police sont déjà présents. Mais il reste en proie à des trafics de stupéfiants et des guerres de territoires.
 

Des renforts de polices annoncés à Planoise


Le préfet du Doubs Joël Mathurin, qui prononçait justement ses voeux vendredi soir, a souligné que la lutte contre le trafic de drogue et contre l'économie souterraine à Planoise ont conduit l'année passée à 224 procédures concernant les stupéfiants et permis le démantèlement d'une douzaine de points de deal. 204 personnes ont été interpellées.

"En dépit de cette politique volontariste et de l'engagement des autorités, les récents événements(...), la fusillade du 25 décembre, l'incendie criminel de la fourrière du 31 décembre, nous démontrent que si nous avons marqué des points, nous n'avons pas encore gagné la bataille", a reconnu le Préfet du Doubs.

En incendiant une voiture volée le 31 décembre au matin à  la fourrière municipale de Besançon, les auteurs ont brûlé près de 200 voitures stationnés dans le parking Cassin à Planoise. Plusieurs boutiques dont un Intermarché envahi par les fumées ne pourrons pas rouvrir sans doute avant plusieurs mois. 

"Nous ne lâcherons rien. A cette situation exceptionnelle, on peut répondre (par un) engagement exceptionnel", a martelé le préfet qui annonce des renforts de police immédiats dans le quartier. Ces renforts seront constitués de la bridgade anti-criminalité et de la brigade canine. 

Le Préfet a invité aussi clairement lors de son discours, les habitants de Planoise à plus coopérer, à ne plus avoir peur et à donner des noms. 
 

 

Trafics de stupéfiants et guerre de territoire

Le Procureur de la République Etienne Manteaux relient ces coups de feu aux trafics de drogue. "En remettant ces faits dans un contexte plus général qui remonte au 20 novembre, (...), tout laisse à penser que nous sommes face à une série de faits en lien avec du trafic de stupéfiants", explique le Procureur faisant part de sa "vive préoccupation". "Certaines des victimes sont liées au trafic de stupéfiants, donc ça laisse à penser que nous sommes dans des règlements de comptes, des ripostes successives, qu'il faut faire cesser au plus vite", a souligné le procureur.

Planoise, où vivent 20.000 Bisontins a déjà connu un blessé par balles fin novembre, trois le jour de Noël, touchés par des armes de guerre, et un autre encore jeudi soir.
  
 

Sur le même sujet

Les + Lus