• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : une femme placée en détention provisoire après la manifestation des gilets jaunes

10 personnes ont été interpellées samedi 15 décembre lors de la manifestation des gilets jaunes / © France 3 Franche-Comté
10 personnes ont été interpellées samedi 15 décembre lors de la manifestation des gilets jaunes / © France 3 Franche-Comté

10 personnes interpellées samedi 15 décembre lors des échauffourées devant la Préfecture seront jugées en comparution immédiate cette semaine à Besançon. 

Par Sophie Courageot

Les trois premiers prévenus qui devaient  être jugés en comparution immédiate après les violences de samedi à Besançon ont demandé un délai pour préparer leur défense.

L'audience a quand même permis de cerner un peu mieux ces trois personnes, deux hommes et une femme qui manifestement ne correspondent pas au portrait type du casseur.

Une femme de 46 ans aux antécédents judiciaires récents a été placée en détention dans l'attente de son procès. Elle avait fait irruption dans un conseil municipal de Besançon hurlant de façon très violente. La femme aurait ramassé un pierre et mimé le geste d'une projection vers les forces de l'ordre. Son avocat va demander la remise en liberté de cette mère de famille.

Parmi les prévenus du jour, un chauffeur de bus qui a ramassé une grenade lacrymogène avant de la jeter sur les forces de l'ordre. Un autre homme au profil psychologique fragile a été placé également sous contrôle judiciaire. 

Ces trois personnes seront jugées le 25 janvier 2019. 
 
Comparution immédiate gilets jaunes
Deux hommes et une femme devaient être jugés en comparution immédiate après des violences contre les forces de l'ordre samedi 15 décembre à Besançon. Une femme a été placée en détention provisoire. Les audiences sont renvoyées au 25 janvier. Avec Catherine Bresson Avocate des parties civiles Robert Dumont Avocat de la défense Reportage T.Chauffour, P.Arbez.

Sur le même sujet

Bourbon-Lancy : la saison est fortement compromise après l’incendie des thermes

Les + Lus