• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : le grand débat dégénère après l'intrusion de “gilets jaunes”, le patron de LREM pris à partie

Stanislas Guerini a été pris à partie par une cinquantaine de "gilets jaunes". / © Radio France - Elie Abergel
Stanislas Guerini a été pris à partie par une cinquantaine de "gilets jaunes". / © Radio France - Elie Abergel

Une cinquantaine de "gilets jaunes" a fait irruption dans la salle où se tenait le premier grand débat à Besançon. Ils ont pris à partie le délégué général de La République en marche, Stanislas Guérini.

Par M.D.

Le premier grand débat organisé à Besançon, au Kursaal, a rapidement dégénéré, ce vendredi 18 janvier. Alors que le délégué général de La République en marche, Stanislas Guérini, était en visite en Franche-Comté et participait à cet échange, une cinquantaine de "gilets jaunes" a fait irruption dans la salle, comme le rapporte France Bleu Besançon.
 
Besançon : le patron de LREM pris à partie par des "gilets jaunes" lors du grand débat
>> Rémy Poirot, Philippe Arbez et Christophe Joly

Ils ont vivement pris à partie le patron de La République en marche qui animait le débat avec une centaine de participants. "Nous, on n'en peut plus et vous n'ouvrez même pas la porte à la classe ouvrière, aux gens qui se battent et qui travaillent tous les jours...", a clamé un "gilet jaune" au micro, acclamé par les autres manifestants.
 

Les "gilets jaunes", qui affirmaient avoir été interdits de réunion, ont forcé l'entrée de la salle, comme on peut le voir sur les vidéos de nos confrères. Les organisateurs expliquent, eux, qu'ils avaient refusé la fouille des sacs à l'entrée.
 

Dans la salle, les échanges étaient souvent houleux entre les "gilets jaunes" et les membres de La République en marche, dont Stanislas Guerini, venu tenter de faire de la pédagogie sur le grand débat national.

Au total, près de 150 personnes étaient présentes au Kursal et tout le monde n'a pas pu rentrer car la salle a rapidement été bondée. Les débats se sont ensuite poursuivis malgré l'atmosphère parfois pesante.

 

Sur le même sujet

Le collectif XYZ soutient Julie dans sa recherche d'emploi

Les + Lus

Les + Partagés