Besançon : la grogne des salariés chez Flowbird anciennement Parkeon

Ils étaient 125 salariés à protester ce mardi 4 juin. / © Marc Szabo - délégué syndical
Ils étaient 125 salariés à protester ce mardi 4 juin. / © Marc Szabo - délégué syndical

Une centaine d'employés se retrouve tous les midis sur le rond-point de la piscine Lafayette, à Besançon (Doubs). Ils demandent à l'entreprise spécialisée dans la mobilité urbaine de redistribuer des dividendes aux salariés. 

Par TMD

Premier employeur privé de Besançon (450 employés), Flowbird vit une crise en interne. Une grande partie des salariés se mobilise à chaque pause de midi depuis le lundi 27 mai, sur le rond-point de la piscine Lafayette. Ils étaient 110 lundi et 125 ce mardi selon le syndicat CFDT. 

La raison : cette année, aucun salarié n'a été augmenté selon Marc Szabo, délégué syndical. "On appartient à un fond spéculateur, Astorg, qui veut revendre l'entreprise pour dégager une plus value supplémentaire, explique-t-il. En 2016, l'entreprise avait déjà été revendue. Notre actionnaire met la pression sur l'entreprise pour faire un maximum de bénéfice."

Le mouvement se poursuit jusqu'à la fin de la semaine

Il dénonce également un climat de crainte, notamment chez les plus anciens. "Les équipes sont surchargées. Les démissions commencent à pleuvoir, ainsi que les arrêts maladie." Sur son site, la CFDT écrit avoir rencontré le DRH de Flowbird mardi 28 mai. "Mais l'entretien n'a duré que 7 minutes ! Voici toute la considération que la direction de Flowbird accorde à une centaine de salariés. "Rien à vous dire" nous a-t-il déclaré, puis il s'est levé et nous a ouvert la porte nous indiquant ainsi la sortie."

Marc Szabo indique que le mouvement de contestations va se poursuivre au moins jusqu'à la fin de la semaine. 

La direction de Flowbird précise que la négociation annuelle des salaires est terminée. Dans le cadre de la NAO, une prime Macron a été versée aux salariés. "Les salaires les plus modestes ont touché une prime de 1000 euros" explique Jean-Pierre Todeschini directeur des ressources humaines du site de Besançon. Selon lui un accord d'intéressement est en cours de négociation. Quant à la participation demandée par le syndicat CFDT, nous ne faisons qu'appliquer une formule légale. Les résultats de Flowbird France ne permettent pas de verser de participation cette année explique le dirigeant. 

Flowbird emploie 653 salariés à Besançon. D'après la direction, une soixantaine de salariés seulement se réunissent sur le rond-point chaque midi à proximité de l'usine. Les deux autres syndicats CFTC et CFE-CGC n'ont pas rejoint le mouvement. 
 

Sur le même sujet

Un vrai faux Comté qui sème le doute

Les + Lus