Besançon : l'homme qui avait foncé sur la terrasse d'un bar condamné par la justice

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar le 14 septembre 2020 à Besançon, sans faire de blessé, a été condamné mercredi 4 novembre à dix mois de prison dont huit avec sursis, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le tribunal correctionnel de Besançon a assorti sa condamnation, conforme aux réquisitions du ministère public, à une obligation de soins.
Avec sa voiture, l'homme avait remonté une rue piétonne du centre-ville de Besançon à contre-sens à une allure modérée, avant de venir percuter les chaises et les tables d'un bar situé à côté d'une église.

Il avait ainsi effrayé des consommateurs qui avaient néanmoins eu le temps de se lever et de s'écarter pour éviter d'être blessés.
Fervent chrétien évangéliste de nationalité centrafricaine, le prévenu avait expliqué en garde à vue "qu'on devait craindre Dieu et qu'il n'était pas normal qu'on puisse boire devant les marches de cette église". Il avait affirmé "qu'une voix lui parlait et lui demandait de faire partir ces gens".

Mais selon le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, "il y a une problématique pathologique et non pas religieuse". L'automobiliste, qui souffre de schizophrénie, avait arrêté de prendre son traitement.

"Il a de fortes convictions religieuses, mais qui ne l'auraient pas amené à cette action sans pathologie", a précisé le magistrat, soulignant que le discernement de l'automobiliste était "fortement altéré" au moment des faits.

Par le passé, cet agent d'entretien a été visé par deux procédures judiciaires: l'une pour le viol de son épouse - il avait été déclaré pénalement irresponsable - et l'autre pour des violences qui avaient conduit à son hospitalisation en établissement psychiatrique.