Besançon : l'ancienne auxiliaire de vie volait en secret les personnes âgées, pour près de 160.000 euros

160.000 euros : c'est la somme dérobée par une ancienne auxiliaire de vie, à plusieurs personnes âgées, entre août 2019 et janvier 2021. Vendredi 28 mai, cette habitante de la périphérie de Besançon a été placée en garde à vue, par la police. Elle est convoquée devant la justice, début 2022. 

© David Martin - France Télévisions

Vendredi 28 mai, une ancienne auxiliaire de vie a été placée en garde à vue à Besançon. Depuis août 2019, elle a volé près de 160.000 euros à au moins deux personnes âgées. L'une des victimes, placée en EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), ne pouvait soudainement plus payer les frais qu'il devait à son établissement d'accueil. C'est ce qui a attiré l'attention d'une compagnie d'assurance et d'une association familiale. Leur signalement entraîne alors une enquête de police. 

Près de 2 ans d'enquête

"Bien mal acquis ne profite jamais" : c'est la leçon que doit retenir une ex-auxiliaire de vie d'une soixantaine d'années. Les policiers de la Sûreté Départementale ont découvert qu'elle a volé près de 160.000 euros, au cours de leur enquête. À l'heure actuelle, deux victimes au moins sont recensées. L'une d'elles, 86 ans, est placée au sein d'un établissement pour personnes âgées, à Besançon. 

L'ancienne auxiliaire de vie a volé l'octogénéaire, juste avant son placement. Elle avait toujours accès au domicile de cette personne âgée, ce qui lui permet de la dépouiller. Ses quatre comptes ont été siphonnés, pour un montant d'environ 140.000 euros. Quant à la deuxième victime, à ce jour, il s'agit d'une autre personne qu'elle devait aussi aider, dans le cadre de son travail. Près de 20.000 euros manquent dans son compte bancaire. 

Achats mal acquis 

Dévaliser les comptes bancaires ne lui suffit pas : elle utilise tous les moyens de paiement qu'elle trouve. En dehors des cartes bleues disparues, elle se permet de faire des virements. La soixantenaire dresse même des chèques pour ses amies : deux d'entre elles reçoivent 23.500 euros, issus de ses méfaits.

Elle profite aussi des sommes volées pour refaire son domicile. Les policiers trouvent au cours de leur enquête, un téléviseur, un piano, une tondeuse, une lampe, un ordinateur, mais aussi une voiture. Au total, la police a saisi 43 objets à son domicile. Une quantité tellement importante que les enquêteurs ont dû les transporter par camion. 

L'autrice de ses faits est ressortie libre de sa garde à vue. Elle reste présumée innocente, jusqu'à son jugement définitif. En attendant, elle ne doit plus exercer de profession en lien avec les personnes âgées, jusqu’à son jugement. L'ex-auxiliaire de vie et ses deux amis bénéficiaires des chèques doivent comparaître devant la justice, en janvier 2022. 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
personnes âgées société famille faits divers police sécurité