Besançon : et si on parlait "fake news" ou fausses infos ?

Publié le Mis à jour le

A Besançon, aujourd'hui, mercredi 18 février, est donnée une conférence sur le thème des fausses nouvelles, à 18 heures, au petit Kursaal. Au pupitre : l'historien Joseph Pinard, ancien député socialiste et Marc Dahan, président de l'AJMF.

Joseph Pinard, historien et ancien député PS du Doubs, et Marc Dahan, président de l'AJMF (l'Amitié Judéo-Musulmane de France) proposent une conférence sur les fausses infos, les "fake news" ou encore "intox". Au petit Kursaal, à 18 heures.

Joint par téléphone, Joseph Pinard s'enflamme sur le thème. Les premières fausses infos datent-elles de la Première Guerre Mondiale, à écouter l'armée française, les troupes étaient très proches de Berlin ? "Oui," répond l'historien "Mais l'armée allemande était pareille. D'ailleurs, c'est à cette époque qu'est né l'hebdomadaire "Le Canard Enchaîné", pour contrer ces informations erronées. Je crois que l'expression "bourrage de crâne" date de cette période !"
Selon lui, " Il y a égalité entre l'extrême droite et le Parti Communiste Français, qui ont propagé de fausses nouvelles : que ce soit des informations antisémites pour les uns ou la vie supposée rêvée en URSS pour les autres."

Une seule solution, pour celui qui a été enseignant et formateur de professeurs : l'éducation, encore et toujours l'éducation, avec la formation de l'esprit critique. Avec, pour les jeunes, trois intervenants qui doivent effectuer ce travail : la famille, l'école et les médias.

Il a 1000 anecdotes à raconter, 1000 faits argumentés, notamment à Besançon et dans la région : " Cette éducation à la raison, les jeunes y seront plus attentifs si on leur parle de chez eux. Si on prend des anecdotes de Besançon. Un exemple : en 1936, le député radical de Besançon a été battu par un candidat d'extrême droite qui avait propagé de fausses informations sur son adversaire. Même si son adversaire a été ensuite innocenté, il a été battu !"