Besançon : son époux la quitte, elle engage un jeune homme pour l'assassiner

Une femme de 51 ans a été interpellée à Périgueux le 12 mai dernier sur demande du parquet de Besançon. Elle a proposé une somme d'argent à un jeune homme pour faire tuer son mari, un Bisontin de 55 ans. Tous deux ont été arrêtés avant l'exécution du terrible contrat.

Le Procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux
Le Procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux © Denis Colle - France Télévisions
C'est une séparation très conflictuelle qui aurait pu tourner au drame familial. Le scénario est finalement venu aux oreilles des policiers avant le dénouement.
Le 22 avril dernier, un homme de 55 ans a déposé plainte au parquet de Besançon. Le quinquagénaire résidant dans la capitale comtoise, dit avoir reçu un appel très troublant. Au bout du fil un jeune homme lui explique avoir été récruté par son ex-épouse pour l'assassiner.

Interloquée, la victime cherche à en savoir plus. L'apprenti tueur, plus escroc qu'assassin, lui confirme l'information et lui propose même de lui fournir des éléments de preuve dudit contrat passé sur sa tête en contrepartie d'une somme d'argent.

10 000 euros pour assassiner son mari


Suite à la plainte, le Procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux ouvre une enquête pour placer les protagonistes sur écoute.
 
Interview du Procureur de la République de Besançon


Les écoutes téléphoniques vont permettre de vérifier ce scénario rocambolesque. "Dans une lettre manuscrite retrouvée au domicile du jeune commandité pour tuer la victime, l'ex épouse précise la date souhaitée de réalisation du contrat", souligne le Procureur. Le contrat devait être exécuté entre le 5 et le 12 juin. Concernant la somme, elle oscille entre 2 500 et 10 000 euros selon les versions.

Le jeune homme recruté connu pour des faits d'escroquerie


Le jeune homme recruté est connu pour des faits d'escroquerie. L'enquête révèle qu'il n'avait rien entrepris pour un passage à l'acte. "Il n'a pas acheté d'arme, pas fait de repérage, ni monté de mode opératoire" explique le parquet.

Avant sa séparation en 2018, le couple vivait à Périgueux avec ses trois enfants. En instance de divorce, le couple était déchiré par de vives tensions. Plusieurs plaintes ont été déposées de part et d'autre, toutes classées sans suite.

Le 12 mai l'ex-épouse et son complice présumé ont été interpellés. La quinquagénaire a été placée en détention provisoire à la Maison d'arrêt de Périgueux et mise en examen pour mandat criminel. Elle risque jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 150 000 € d'amende. Son complice, l'homme de 24 ans a été placé sous le statut de témoin assisté.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence conjugale société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter