VIDÉO. Besançon : les traceurs, fous de parkour

Noé, traceur, pratique le parkour depuis 3 ans. / © Thibaut Martinez-Delcayrou, Elise Laperdrix et Guillaume Bessaa
Noé, traceur, pratique le parkour depuis 3 ans. / © Thibaut Martinez-Delcayrou, Elise Laperdrix et Guillaume Bessaa

A Besançon, une vingtaine de membres de l'Association des Traceurs Bisontins (ATB) ont fait de la ville leur terrain de jeu. Leur discipline : le parkour. Découvrez-le en images. 

Par Thibaut Martinez-Delcayrou

Avec un K et sans S. Dès son écriture, le parkour se distingue de toute autre discipline. Le but de ce sport : aller d'un point A à un point B en franchissant tous les obstacles qui se trouvent sur son passage. Généralement pratiqué en ville, le Parkour consiste à faire du mobilier urbain un terrain de jeu. 

A Besançon, l'association ATB réunit plus d'une vingtaine de pratiquants. Tous les mardis et jeudis soir, ils essayent de se réunir pour s'entraîner sur des spots. Dans cette ville, ils en comptent au moins trois. "Cette discipline consiste à prendre totale connaissance de son corps et à pouvoir se mouvoir avec le mobilier urbain ou rural de manière la plus efficace possible" explique Killian Touel, membre de l'association et "traceur" confirmé. 

Traceur, un mode de vie

"On a décidé de les appeler traceurs pour dire qu'ils traçaient leur propre chemin, et pas ceux que la société a imposés aux gens, qui les empruntent tous les jours, poursuit Killian. C'est un vrai mode de vie. Contrairement à d'autres activités, ce n'est pas quelque chose qu'on prévoit d'aller faire un jour précis. On peut se balader dans la rue et voir un mouvement qui nous intéresse et hop, on s'y met et on fait le saut. C'est totalement spontané."

Comme vous le verrez dans le reportage, les traceurs se rendent parfois sur des toits d'immeuble. Mais ce n'est pas une pratique imposée par la discipline. "95% du temps, l'entraînement s'effectue au sol" précise Sébastien Burlet, secrétaire de l'association. De tout là-haut, ils travaillent leur mental tout en profitant d'une vue incroyable sur la capitale franc-comtoise.

Comme bien d'autres pratiquants, ils regrettent la mauvaise image collée à ce sport, dont les valeurs sont avant tout le respect de l'environnement et la connaissance de soi. Et tous l'assurent : le danger ne représente qu'une infime partie de la discipline.

Découvrez le parkour en 3 minutes !

Les traceurs, fous de parkour
Intervenants : Romain, Killian, Maxime. Tous traceurs. Avec des images de Association des Traceurs Bisontins et Zenzel photographie. Reportage de Thibaut Martinez-Delcayrou avec Elise Laperdrix et Guillaume Bessaa



Sur le même sujet

Les + Lus