Besançon : trois ans ferme pour le manifestant accusé d'avoir blessé un policier lors d'un rassemblement contre la réforme des retraites

Ce mercredi 22 mars, un homme a été jugé en comparution immédiate à Besançon. Arrêté le lundi 20 mars dans la soirée, en marge de rassemblements spontanés contre la réforme des retraites et le 49-3, il était accusé d'avoir blessé au visage un policier.

Ce mercredi 22 mars était jugé en comparution immédiate deux personnes interpellées à la suite d'un rassemblement contre la réforme des retraites, l'utilisation du 49-3 et l'échec des motions de censures déposées à l'Assemblée Nationale, le lundi 20 mars. L'un d'entre eux a été condamné à trois ans de prison ferme selon le parquet de Besançon.

Ce soir-là, un rassemblement spontané dans le centre-ville de Besançon, a été suivi de moments de tensions entre les militants et les étudiants venus protester et les forces de l'ordre, en particulier lorsque ces manifestants ont tenté de se rapprocher de la préfecture du Doubs. 

Un policier d'une vingtaine d'années a été blessé au visage. Il aurait été attaqué à coup de planche de skateboard. Ce policier a été transporté au CHU de Besançon où il a été pris en charge. Ce mercredi matin, sa hiérarchie indiquait que son état était sérieux du fait de la localisation des blessures. 

Deux suspects avaient été arrêtés. Le premier dans la soirée de lundi, le second le lendemain, après examen des vidéos de surveillance. L'un de ces deux hommes, né en 1992, était déjà connu des forces de l'ordre. Il a été condamné à trois ans de prison ferme. La vice-procureur de la République de Besançon rappelle que le suspect a 10 jours pour faire appel.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité