Besançon les Vaîtes : une possible action en justice contre la construction de la nouvelle école

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvia Bouhadra .

Reçues mardi 27 octobre par la mairie de Besançon, les représentantes de l'association Le Jardins des Vaîtes s’opposent au projet de construction d’une nouvelle école sur le site. En cas de dépôt de permis de construire, une action en justice sera engagée.

"Si le permis de construire est déposé, l’association Le Jardin des Vaîtes ira en justice contre la construction de cette école qui détruirait des serres et des terres maraîchères". L’annonce est claire et la collectivité prévenue. Marie-Hélène Parreaux et Claire Arnoux, représentantes de l’association Le Jardin des Vaîtes, ont été reçues, mardi 27 octobre, par le directeur de cabinet de la maire de Besançon, le vice-président du Grand Besançon et le conseiller municipal en charge de l’urbanisme Aurélien Laroppe.



L’association déjà opposée au projet d’écoquartier aux Vaîtes, s’est montrée hostile quant au projet de construction d’une nouvelle école sur le site. Le projet, validé par la précédente municipalité, prévoit en effet la construction d’un nouveau groupe scolaire aux Vaîtes, ce site est occupé par des serres et deux maraîchères. Onzes classes et des espaces pour le périscolaire et les associations seraient créés. Pour un coût de 11 millions d’euros. 

 


"Nous nous opposons fortement à la construction de cette école. […] Nous considérons que les terres maraîchères de Vaîtes ne sont pas un lieu de construction", a déclaré Claire Arnoux, lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion. L’association a demandé à la municipalité une étude d’impact environnemental.



La Mairie prévoit de lancer la construction de cette nouvelle école en 2021.

Des relations plus cordiales

Claire Arnoux l’avoue, "très concrètement, on n'a pour l’instant aucune avancée". Cependant, la représentante a précisé que le dialogue entre l’association et la municipalité était bien plus cordial qu’à l’accoutumé. "Il y a une vraie évolution. C’est la deuxième fois qu’on est reçu. Il y aura probablement une troisième rencontre, peut être au mois de décembre ou de janvier".
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité