Cet article date de plus de 4 ans

Bienvenue dans la maison bisontine de Colette

La ville de Besançon l'a sauvée de la destruction. Casamène, c'est le nom de la maison de l'écrivaine Colette à Besançon où elle a notamment écrit La retraite sentimentale.

© Image INA
La deuxième femme élue à l'Académie Goncourt puisait son inspiration ici. Colette, Bourguignonne de naissance, a séjourné pendant sept ans dans cette jolie demeure que lui avait achetée son mari Henri Gauthier-Villars le 2 septembre 1900.

Une demeure surnommée Casamène

Une belle et grande propriété, sur un domaine grand de 3,8 ha. Située à cinq kilomètres du centre-ville, la demeure s'élève dans l'ancien quartier de vignes des Monts-Boucons. En 2001, la ville a acquis la propriété. Pas question pour Besançon de détruire ce monument d'histoire.

"Cette maison a une belle histoire ! Colette vivait ici chaque année pendant six mois. Elle a beaucoup parlé de cette demeure dans ses correspondances" confie le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret.

Comme aux plus agréables des pièges, j’ai failli rester prise aux charmes des Monts-Boucons. Vieux arbres fruitiers, cerisiers et mirabelles ; murs épais, impétueux feux de bois, sèches alcôves craquantes – il s’en fallut de peu que de bourguignonne je ne tournasse bisontine, tout au moins franc-comtoise.



durée de la vidéo: 02 min 24
La maison de Colette à Besançon

Le goût de mes heures franc-comtoises m’est resté si vif qu’en dépit des années, je n’ai rien perdu de tant d’images, de tant d’études, de tant de mélancolie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine littérature culture