Bus à Besançon : après 21h, vous pouvez désormais demander à descendre entre 2 arrêts

La municipalité de Besançon a inauguré cette semaine un dispositif permettant aux usagers des transports en commun de demander à descendre entre deux arrêts, lorsqu'ils voyagent seuls, après 21h. Une mesure qui offre plus de sécurité aux usagers, en particulier aux femmes. Explications.

© MaxPPP/NCY

La Ville de Besançon a inauguré cette semaine un nouveau dispositif sur le réseau de transports en commun Ginko. Après 21h, et si vous voyagez seul.e, vous pouvez désormais demander à descendre entre 2 arrêts sur votre ligne de bus (LIANES 3 à 6 et ligne 8). 

"Une bonne initiative en attendant de repenser également l'urbanisme des villes qui participe au sentiment d'insécurité des femmes (manque d'éclairage, coins isolés, rues désertes etc.)" s'est notamment réjoui l'association Solidarités Femmes, engagée dans la lutte contre toutes les violences faites aux femmes. De nombreux internautes ont également salué le dispositif.

Du côté de la municipalité, on se félicite de la mise en place de cette mesure sur environ 65% du réseau, qui permet d'accroître, en premier lieu, le sentiment de sécurité des femmes dans les transports publics, même si l'arrêt à la demande reste accessible à tous. Cette initiative a été mise en place dans d'aures villes de France comme Bordeaux, Lyon ou encore Rouen. À Besançon, des aménagements doivent être effectués dans les mois qui viennent afin d’augmenter le nombre d’endroit où il sera possible pour les usagers de descendre.

Selon une enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée en janvier 2018, plus d'une femme sur deux (51%) a peur dans les transports en commun, notamment la nuit. Ce qui les conduit parfois à renoncer à ce mode de déplacement.

Du côté de l'opposition, on salue également ce service. "Une bonne mesure que nous demandions depuis 2014" a notamment réagi Laurent Croizier, du Modem 25. 

Comment ça marche ?

Faites la demande auprès du conducteur dès votre montée à bord, en précisant le lieu de descente souhaité.

Le conducteur analyse la faisabilité de la descente. Ces conditions de sécurité doivent être réunies : présence d'un trottoir, d'un passage piéton et d'éclairage.

Si le conducteur juge que la descente peut se faire en toute sécurité, il vous fait descendre du bus par la porte avant.

Plus d'infos sur le site de Ginko.fr.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports