Classement des meilleures écoles d'Ingénieurs : l'UTBM et l'ENSMM montent en régime

Les étudiants ingénieurs de l'UTBM (Université Technologique de Belfort-Montbéliard) pendant les 24 heures de l'innovatioon
Les étudiants ingénieurs de l'UTBM (Université Technologique de Belfort-Montbéliard) pendant les 24 heures de l'innovatioon

Chaque année, le classement du magazine Usine Nouvelle est attendu avec impatience par les services communication des écoles d'ingénieurs. Et l’UTBM de Belfort-Montbéliard peut pavoiser, elle rentre dans le Top 25. Belle progression également pour l'ENSMM de Besançon, désormais 52ème.

Par Clément Jeannin

La France dispose de 205 écoles d'ingénieurs délivrant un diplôme reconnu par l'Etat. Et ce secteur très concurentiel connaît chaque année un micro-séisme quand tombe le classement de l'hebdomadaire Usine Nouvelle. Et pour cause : l'attractivité d'un établissement repose aussi sur ce type de classement. 

Avant de voir les deux écoles comtoises concernées par ledit classement, parlons des trois meilleures de France selon les critères du magazine :
1/ L'Ecole Polytechnique
2/ L'École nationale des ponts et chaussées de Paris
3/ Mines ParisTech


Au palmarès des meilleures formations d’ingénieurs, l'UTBM rentre dans le top 30. L'école d'ingénieurs de Belfort Montbéliard se classe à la 25e place, toutes écoles confondues, publiques et privées, recrutement post-Bac et Bac+2.
L’UTBM figure comme même comme la  2ème formation d’ingénieur française sur le critère «développement de l’entrepreneuriat. Elle se classe  11ème formation d’ingénieur française post-Bac sur le critère «proximité avec la recherche»
Ces résultats constituent le meilleur classement de l’UTBM depuis sa création, il y a 20 ans" explique l'école qui compte 3 030 étudiants. 


Du côté de l'ENSMM Besançon, on boit aussi du petit lait. L'École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques était 75ème au classement de 2018, 69ème en 2019 et a atteint la 52ème place cette année. 

Pour la directrice de la communication de l'école, la politique mise en place en 2015 de rendre obligatoire la mobilité internationale commence à porter ses fruits. Beaucoup d'élèves peuvent ainsi postuler à l' étranger. Autre satisfaction: la réforme des options instaurée par la direction permet de mieux coller aux attentes des entreprises qui embauchent.

 

Sur le même sujet

Les + Lus