Procès Zepeda à Besançon : Nicolas Zepeda condamné à 28 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Narumi Kurosaki

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarah Rebouh, en direct du procès de Nicolas Zepeda

Ce mardi 12 avril, la dernière journée du procès de Nicolas Zepeda, accusé d'avoir assassiné Narumi Kurosaki son ex-petite amie en décembre 2016 avait lieu. Le Chilien a été condamné à une peine de 28 ans de réclusion criminelle. Détails et réactions.

Le procès du Chilien Nicolas Zepeda, accusé d'avoir tué son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki entre le 5 et le 6 décembre 2016 à Besançon, s'est ouvert le 29 mars. Il a duré 11 jours. Tout au long de ce procès exceptionnel, traduit en trois langues, l'accusé n'a cessé de nier sa culpabilité, malgré des éléments accablants. Ce mardi 12 avril, Nicolas Zepeda, 31 ans, a été condamné à 28 ans de réclusion criminelle. 

Le détail de la journée dans cet article :

16h : Les réactions des différentes parties 

"Le soulagement est intense. Ce n'est pas tant le compte des années qui les intéresse mais la condamnation. Elles avaient tellement peur que l'on croit Nicolas Zepeda et qu'on ne comprenne pas finalement tout ce qui s'était tramé derrière cette affaire" a confié Me Galley, avocate de la famille de Narumi Kurosaki après l'annonce du verdict.  

"C’est une peine juste, la perpétuité aurait été excessive" a expliqué quant à lui Me Randall Schwerdorffer, avocat d'Arthur Del Piccolo, face à une foule de journalistes peu disciplinés.

"La justice est passée. Le temps paraît loin par rapport au Chili le 17 avril 2019 quand j'étais à Santiago, au palais de justice et que Nicolas Zepeda refusait de répondre aux questions, hautain. La justice chilienne a autorisé l'extradition de Nicolas Zepeda. La cour d’assises a suivi mes réquisitions sur la culpabilité, il a été reconnu coupable d'assassinat" a expliqué Etienne Manteaux, avocat général, à la sortie de la salle d'audience. 

Me Laffont, avocate de Nicolas Zepeda, a expliqué : "La cour d'assises n'a pas suivi les réquisitions du ministère public qui avait demandé que la peine la plus lourde soit prononcée contre Nicolas Zepeda. Ce fut un procès difficile dans lequel on est même allé agiter le spectre de la peine de mort, ce qu'évidemment je déplore. Ce que la défense retient, c'est que le portrait qui avait été dressé de Nicolas Zepeda, d'un monstre froid, n'a pas été retenu non plus par la cour d'assises. Pour le reste, c'est maintenant le temps de la réflexion avec notre client que nous allons voir prochainement pour discuter avec lui."

15h26 : L'audience est levée.

15h24 : La cour déclare monsieur Zepeda entièrement responsable des préjudices. Il devra payer à chaque parent de la victime la somme de 50 000 euros, et à chacune de ses soeurs 40 000 euros au titre des dommages et intérêts. Arthur Del Piccolo, petit ami de la victime au moment des faits recevra quant à lui 5 000 euros.

15h18 : L'accusé discute avec son avocate tout en essuyant régulièrement ses yeux. 

14h50 : Concernant l'audience sur intérêts civils, Me Galley, avocate de la famille de la victime, demande pour chaque parent la somme de 50 000 euros, et pour chacune des soeurs la somme de 40 000 euros au titre de "l'immense préjudice moral subi". Me Randall Schwerdorffer demande pour Arthur Del Piccolo 5 000 euros pour le préjudice moral, en précisant que cet argent sera reversé à une association caritative. 

"Cela ferait sens que ce soit monsieur Zepeda ou sa famille qui paie ses préjudices" a appuyé Etienne Manteaux, avocat général. 

La cour se retire à nouveau pour délibérer sur les intérêts civils. 

14h40 : Le Chilien Nicolas Zepeda est condamné à une peine de 28 ans de réclusion criminelle pour l’assassinat de Narumi Kurosaki, en décembre 2016 à Besançon. Une fois sa peine purgée, il sera interdit de territoire français.  

Il a 10 jours pour faire appel de cette décision. 

14h39 : Nicolas Zepeda est-il coupable d'avoir donné volontairement la mort à Narumi Kurosaki ? OUI ont répondu la cour et les jurés.
Nicolas Zepeda avait-il formé le dessein préalablement de commettre le meurtre ? OUI ont répondu la cour et les jurés.

14h35 : L'accusé Nicolas Zepeda s'installe dans son box.

14h15 : Le public entre à présent dans la salle. Les bancs en bois sont plein. 

14h10 : les avocats des différentes parties sont dans la salle ainsi que la mère et la soeur de Narumi Kurosaki, sur le banc des parties civiles. Le public présent en nombre attend quant à lui de pouvoir entrer. 

13h46 : Le délibéré est désormais imminent. 

13h40 : Déjà plus de 4h de délibérations dans ce procès. La foule venue en nombre entendre le verdict s'impatiente et les esprits s'échauffent parfois pour pouvoir entrer dans la salle d'audience A. Les nombreux journalistes de la presse française, japonaise et chilienne sont dans les starting blocks. Pour l'instant, aucune reprise de l'audience n'a été annoncée. 

9h45 : Interrogée à la sortie de la salle d'assises A, Me Galley, avocate de la famille de la victime a expliqué : "Nous n'attendions pas de réponse différente que celle qui a été donnée. Elle était conforme à ce qui a été dit depuis le début. La famille restera sur une vraie douleur par rapport à cette absence d'aveux et de réponses à leurs questions."

► À lire aussi : l'avocat général requiert une peine de réclusion à perpétuité, le détail des plaidoiries

L'audience est suspendue jusqu'à la fin des délibérations. Elles devraient durer plusieurs heures. 

9h19 : la cour et le jury délibèrent, puis votent, par bulletins écrits et par scrutins distincts et successifs, sur le fait principal d'abord, et s'il y a lieu, sur les causes d'irresponsabilité pénale, sur chacune des circonstances aggravantes, sur les questions subsidiaires et sur chacun des faits constituant une cause légale d'exemption ou de diminution de la peine. ( Article 356 du Code de procédure pénale)

La cour composée du président et ses deux assesseurs et les 6 jurés, 3 hommes et 3 femmes doivent répondre dans le cas de ce procès à 3 questions : 

Nicolas Zepeda est-il coupable d'avoir donné volontairement la mort à Narumi Kurosaki ?
Nicolas Zepeda avait-il formé le dessein préalablement de commettre le meurtre ?
Nicolas Zepeda était-il l'ancien concubin de Narumi Kurosaki ?

Précision : 
Délibération sur la culpabilité : une majorité de 7 voix est nécessaire pour toute décision défavorable à l'accusé.
> Délibération sur la peine : la décision est prise à la majorité absolue des votants (au moins 7 voix), mais la peine maximale ne peut être prononcée qu'à la majorité de 7 voix.

9h10 : le président Matthieu Husson donne les consignes aux jurés avant que la cour ne parte délibérer. "Avez-vous une intime conviction ? Nous allons maintenant dans la salle de délibération et nous n'en sortirons que quand nous aurons pris notre décision".

9h07 : l'audience reprend . Nicolas Zepeda peut s'exprimer en dernier dans ce procès. Il s'exprime en français.  "Je n'ai jamais voulu être au milieu de la douleur de la famille de Narumi, de la douleur de ma famille, de ma propre douleur. Je ne suis pas qui je voudrais mais je ne suis pas un assassin. Je ne suis pas l'assassin de Narumi. Merci".

L'accusé risque la perpétuité

L'audience débute à 9h contrairement au programme initial. L'accusé pourra s'il le souhaite prendre une dernière fois la parole. Ensuite, les délibérations de la cour auront lieu.

La veille, les plaidoiries des avocats des différentes parties ont eu lieu ainsi que les réquisitions de l'avocat général. Étienne Manteaux a requis la peine maximale, une  peine de réclusion à perpétuité. Il a aussi réclamé que soit banni à vie du territoire français une fois sa peine effectuée, l'accusé Nicolas Zepeda. 

( Re)l ire tous nos articles au sujet de l'affaire Narumi Kurosaki.