"Fantastique décembre" à Besançon : on vous résume la polémique lancée par le candidat LR Éric Ciotti

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rachel Rodrigues
Eric Ciotti est candidat au Congrès Les Républicains, qui doit se tenir du 1er au 4 décembre prochain.
Eric Ciotti est candidat au Congrès Les Républicains, qui doit se tenir du 1er au 4 décembre prochain. © LAURENT COUST / ZUMA PRESS / MAXPPP

Le candidat au Congrès LR Eric Ciotti a accusé, ce samedi 28 novembre, la maire EELV de Besançon, Anne Vignot, de vouloir "déconstruire" Noël. À l'origine de la discorde, un programme de Noël vieux de deux ans.

L'attaque est directe. Samedi 28 novembre dernier sur Twitter, le candidat au Congrès Les Républicains Éric Ciotti, qui doit se tenir du 1er au 4 décembre prochain, n'a pas ménagé la maire écologiste Anne Vignot.

Il reproche à l'édile de "déconstruire" la fête chrétienne de Noël en affichant "Fantastique décembre" à la place de "Joyeux Noël" sur ses illuminations. "À Besançon, grâce à la maire écolo, on ne dit plus 'Joyeux Noël' mais plutôt 'fantastique décembre'", condamne-t-il ainsi sur son compte Twitter. 

Sur la photo, on y voit en effet des décorations de Noël dans les rues de Besançon. Pour lui, ces illuminations sont une attaque à la "culture" française ainsi qu'aux "traditions chrétiennes", qu'il affirme vouloir défendre s'il est élu président.  

Emballement

Éric Ciotti semble s'inspirer d'un tweet publié quelques heures plus tôt par une élue locale du Rassemblement national (RN), Géraldine Grangier, et qui s'indigne avec la même vigueur des illuminations en question. 

Quelques jours auparavant, Ludovic Fagaut, chef de l'opposition de droite Besançon Maintenant au conseil municipal, avait également fustigé l'opération. 

La photo ne cesse de tourner sur le réseau social, et indigne de nombreux utilisateurs, sur la prétendue absence de "Noël" dans les rues bisontines. 

Un programme de Noël né en 2019

Le problème : l'accusation que profère Eric Ciotti envers Anne Vignot n'a pas lieu d'être pour deux raisons. La première ? La maire EELV, élue au printemps 2020, n'est pas à l'origine de ces illuminations. "Si vous regardez ce tweet vous verrez que vous avez deux ans de retard", rétorque-t-elle à l'élue locale du RN sur Twitter. 

En effet, loin des accusations qu'on porte à Anne Vignot, le programme de Noël bisontin, à l'origine des illuminations, porte le même nom depuis 2019 et existait donc déjà bien avant son élection.

Deuxième écueil : "Fantastique décembre" ne fait pas partie d'une quelconque action destinée à faire disparaître ou "déconstruire" Noël, mais renvoie au nom choisi par l’Office du Commerce et de l’Artisanat de Besançon (OCAB) en 2019 pour désigner l'opération des fêtes de fin d'année. 

Accusations en série

Le député des Alpes-Maritimes n'en est pas à son premier coup d'essai. Il y a un mois à peine, fin octobre 2021, il avait accusé, à tort, le maire de Rouen d'avoir retiré la statue de Napoléon dans sa ville, en criant au "wokisme" et à la "déconstruction de notre identité" sur Twitter. 

Nicolas Mayer-Rossignol, maire socialiste de la ville avait répondu dans la foulée. Il s'avérait que la statue avait simplement été retirée pour restauration.

Cette année, le marché de Noël a été inauguré vendredi 26 novembre et se décline à deux endroits de la ville. Il sera ainsi possible de profiter du village gourmand, de l'allée cadeaux et du Noël solidaire de Noël place de la Révolution. Et à quelques centaines de mètres de là, on pourra se réjouir du bistrot de Noël, de ses deux allées gourmandes et cadeaux, et de son chapiteau d'artisans créateurs Répar'acteurs.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.