"Plus jamais ça" : nouveau féminicide à Besançon, une jeune femme meurt égorgée, son compagnon en garde à vue

Publié le Mis à jour le

Une jeune de femme de 20 ans a été tuée lundi 17 janvier peu avant 20 heures dans le quartier Battant à Besançon (Doubs). Un nouveau féminicide alors que la ville avait déjà connu un autre drame en fin d’année dernière.

Que s’est il passé dans cet appartement du 88 rue Battant ce lundi soir ? Les secours sont appelés vers 19h45. Il est trop tard. La jeune femme attaquée à l’arme blanche ne peut être secourue. La victime prénommée Céline avait 20 ans. Une jeune femme décrite comme joviale. Elle faisait un remplacement dans un magasin de chaussures sur la zone commerciale de Chateaufarine à Besançon.


Son compagnon, un homme de 34 ans a été interpellé à proximité des lieux. La piste d’un nouveau drame de violences conjugales est privilégiée. La garde à vue est en cours. "La victime a été blessée à la gorge de manière très importante avec une arme blanche", a précisé le procureur Etienne Manteaux. L'enquête est confiée à la sûreté départementale.

Selon des voisins, l'été dernier la police était déjà intervenue, l'homme aurait couru après sa compagne en l'insultant.

Deux féminicides dans la ville en moins de trois semaines


C’est un nouveau drame qui touche la ville de Besançon. Le 29 décembre dans la soirée, une quinquagénaire avait été égorgée par son mari dans un appartement de la rue de Dole. L’homme avait ensuite retourné l’arme contre lui, il a pu être secouru. Il a expliqué plusieurs jours après les faits que sa femme voulait le quitter.

Un appel au rassemblement lancé par Solidarité femmes

"L’association Solidarité Femmes Besançon est choquée, révoltée et infiniment attristée par ces féminicides. Nous invitons toutes les personnes sensibles à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles à venir manifester leur colère et leur peine. C'est le second féminicide à Besançon en moins d'un mois et le 7ième féminicide par compagnon ou ex-compagnon en 2022" explique l'association.

200 personnes étaient présentes au rassemblement à 18h place Pasteur en mémoire de Céline (20 ans) assassinée à Besançon et de Corine (56 ans) assassinée le 29 décembre dernier. "On n'espérait ne plus jamais vivre ça à Besançon" a rappelé Christine Perrot, membre de l'association. Après Razia Askari tuée par son mari en pleine rue en 2018, la liste des victimes s'allonge dans la cité comtoise.

En 2021, 113 femmes sont mortes sous les coups de leurs conjoints ou ex-conjoints. En 2022, elle sont déjà au moins 7 en France selon le collectif Féminicides.