• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Franche-Comté : deux “gilets jaunes” poursuivis suite aux dégradations de l'Arc de Triomphe

14 personnes sont actuellement poursuivies pour ces dégradations. / © Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
14 personnes sont actuellement poursuivies pour ces dégradations. / © Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

Des tags ont été peints sur l'Arc de Triomphe lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre. Une enquête a été ouverte, 14 personnes dont deux Franc-Comtois ont été interpellées. Et le profil d'un Bisontin a particulièrement retenu l'attention des enquêteurs.

Par France 3 Franche-Comté

L'enquête sur les dégradations de l'Arc de Triomphe a permis l'arrestation de 14 personnes, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le Parquet de Paris. Parmi les interpellés se trouvent un Terrifortain et un Bisontin dont le profil a interpellé les enquêteurs.

Il s'agit d'un trentenaire, résidant dans le Doubs, qui a été interpellé le 7 décembre avant d'être mis en examen pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences et des dégradations".

Lors de son interpellation, les forces de l'ordre auraient retrouvé "des fusils de chasse et un fusil à pompe", selon nos confrères de France Inter, ainsi que "quelques lectures de l'ultra droite et de la mouvance néo nazi". Une information que le Parquet de Paris n'a pas été en mesure de nous confirmer.

 

Un Terrifortain connu de la justice


Une seconde personne a également été interpellée en Franche-Comté dans le cadre de cette enquête, il s'agit d'un habitant du Territoire de Belfort âgé de 25 ans. L'homme a été interpellé le 1er décembre, il est actuellement poursuivi pour "participation à un groupement en vue de commettre des dégradations et des violences" et "intrusion dans un monument classé".

Les deux Comtois ont été reconnus par les forces de l'ordre sur les images des caméras de vidéosurveillance avant d'être interpellés. Le Terrifortain est connu de la justice pour "des antécédents de droit commun" d'après France Bleu Franche-Comté.

L'enquête se poursuit, d'autres suspects sont toujours recherchés.

 

Sur le même sujet

Crèches Favigny-sur-Ozerain

Les + Lus