• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

François Fillon tiendra un meeting jeudi à Besançon

François Fillon en meeting à Nîmes le 2 mars 2017. / © Maxppp
François Fillon en meeting à Nîmes le 2 mars 2017. / © Maxppp

Le candidat des Républicains à l'élection présidentielle est attendu jeudi 9 mars à 19 heures Micropolis à Besançon. Alain Juppé ne sera pas candidat à sa place. Ce lundi s'annnonce crucial dans la tourmente que connait le parti de droite. 

Par Sophie Courageot

Nouvelle folle journée en vue lundi pour la droite. Alain Juppé a confirmé lundi "une bonne fois pour toutes" qu'il ne serait "pas candidat" à l'élection présidentielle, et qu'il ne jouerait pas le rôle de recours à François Fillon, dont il a affirmé que "l'obstination" conduisait à une "impasse".

"Je confirme une bonne fois pour toutes que je ne serai pas candidat à la présidence de la République", a déclaré le maire de Bordeaux dans une déclaration à la presse. "Pour moi, il est trop tard", a-t-il ajouté, expliquant d'un air grave qu'il n'incarnait pas, à 71 ans, le "renouvellement".

Un comité politique LR est convoqué ce lundi soir à 18 heures sur les suites à donner à la candidature Fillon".

Fillon ne veut pas retirer sa candidature

Quelques heures après avoir réuni des dizaines de milliers de personnes place du Trocadéro, le candidat de la droite à la présidentielle s'est voulu très clair dimanche soir sur France 2: "non", il ne retira pas sa candidature et il est le "seul à pouvoir décider" d'un quelconque retrait.


Que va faire Juppé ? 

A peine le JT terminé hier soir, Alain Juppé, qu'une partie de la droite presse de prendre la place de François Fillon, avait réagi sur Twitter en annonçant une déclaration à la presse pour lundi 10H30 depuis sa mairie de Bordeaux

Il faut que Juppé calme ses troupes"

a plaidé la filloniste Annie Genevard, députée LR du Doubs. "Juppé va dire que les conditions ne sont pas réunies et c'en sera fini du plan B", se désole un élu LR. "Juppé va renoncer", prédit lui aussi un ex-ministre.

Lâché par plus de 300 élus LR et son directeur de cabinet, Patrick Stéfanini, pourtant homme des missions difficiles, Fillon le candidat de la droite tient tête. Il proposera "dans les prochains jours" une équipe qui, promet-il, montrera qu'il est "capable de rassembler".

Hier à Paris, "200.000" supporters de Fillon ont été annoncés par les fillonistes, la police oppose une jauge de 40.000 personnes place du Trocadéro.


Les sondages défavorables à Fillon

Les sondages pourraient peser : un sondage Sofres publié dimanche soir donnait Alain Juppé, avec 24,5% des voix, qualifié au second tour en cas de candidature. François Fillon, en chute libre à 17%, serait largement distancé par Emmanuel Macron.

Près d'un Français sur trois (29%) souhaitent que François Fillon maintienne sa candidature à l'élection présidentielle, selon un sondage Atlantico et Harris Interactive publié lundi par RMC. Ils sont 71% à souhaiter que l'ancien Premier ministre "retire sa candidature".


Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus