Guerre de la drogue à Besançon : six auteurs présumés de l'incendie de la fourrière bientôt jugés

Le procureur de Besançon Etienne Manteaux a tenu à dévoiler les contours de l'enquête qui a permis d'interpeller six personnes dans l'affaire de l'incendie de la fourrière de Besançon, survenu en décembre 2019. Un procès aura lieu d'ici la fin de l'année. Détails.
Le trafic de drogue a fait de nombreuses victimes à Besançon, dont un mort, Houcine Hakkar, en mars 2020.
Le trafic de drogue a fait de nombreuses victimes à Besançon, dont un mort, Houcine Hakkar, en mars 2020. © Jean-Stéphane Maurice - France Télévisions

Le 31 décembre 2019, un important incendie se déclarait dans la fourrière de Besançon, à Planoise, sous les yeux inquiets des habitants du quartier le plus peuplé de Franche-Comté. Il détruisait environ 130 véhicules et en endommageait plus de 100 autres. Il ne s'agissait pas d'un accident mais d'un acte volontaire, commis par les membres présumés de l'un des deux clans se partageant le business de la drogue dans la capitale comtoise.

Ce 14 septembre 2021, le procureur de Besançon Etienne Manteaux a tenu à dévoiler les contours de l'enquête qui a permis d'interpeller six personnes. Trois sont actuellement incarcérées et trois sont sous contrôle judiciaire. "Une septième personne, soupçonnée d'être le cerveau de l'opération et le chef d'un des deux clans rivaux, est toujours en fuite, probablement à l'étranger" a précisé le procureur de la République de Besançon. Tous devraient être mis en examen pour association de malfaiteurs, la décision revenant désormais au magistrat instructeur. Les six personnes aux mains de la justice sont également poursuivies pour dégradation de biens. Deux sont âgées de 20 ans, deux de 21 ans, un de 23 ans, un de 27 ans et le donneur d’ordre présumé a 28 ans. Un mandat d'arrêt à son encontre est en cours. Tous sont Francs-Comtois. 

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon.
Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon. © Sarah Rebouh - France Télévisions

Ce volet judiciaire fait partie du "grand dossier" concernant la guerre de la drogue à Besançon et regroupant trois affaires datant de 2019 et 2020 : l'incendie de la fourrière, les multiples tentatives de meurtres à l'occasion de règlements de compte et l'assassinat d'Houcine Hakkar, pourtant totalement étranger à ce vaste trafic de stupéfiants.

"Celui qui apparaît comme le leader de l'opération de l'incendie de la fourrière a reconnu les faits. C’est le seul qui admet sa responsabilité dans ce dossier, avec celui qui est intervenu à visage découvert. Les trois autres membres de l’équipe présumée, contestent leur participation aux faits. Ils étaient cagoulés. Sur deux des trois qui contestent, ils ont été vus le 28 décembre en train d’acheter une arme à feu qui est celle qui a été utilisée le 31 décembre pour entrer dans la fourrière" précise Etienne Manteaux.

Un véhicule utilisé dans les règlements de compte 

En effet, en décembre 2019, les malfaiteurs présumés ont fait preuve d'obstination pour détruire le véhicule BMW X6, volé quelques jours plus tôt à Mulhouse. Il faut dire qu'ils avaient tout intérêt à faire disparaître cette voiture, tant elle portait potentiellement des traces d'ADN et preuves permettant aux enquêteurs de remonter jusqu'aux responsables du juteux commerce de la drogue, très organisé et bien visible à Besançon, notamment au coeur du quartier Planoise.

Le véhicule en question aurait été utilisé dans le cadre des règlements de compte survenus quelques jours avant l'incendie de la fourrière. À Planoise, toujours selon les enquêteurs, deux clans sont impliqués dans le business de la drogue : "le clan de la Tour" et "le clan de Picardie". 

CARTE. Fusillades dans le quartier Planoise à Besançon : retour sur plusieurs mois d'incidents

"Il y a eu deux phases dans ce dossier : le 30 décembre, il y a eu une première tentative de destruction mais ils n’ont pas réussi à rentrer puisque le salarié de la fourrière ne leur a pas ouvert la porte. Le lendemain, ils ont eu recours à un cinquième individu, non présent la veille au soir, qui a accepté de se présenter à la fourrière à visage découvert pour se faire ouvrir la porte. Les autres, cagoulés et équipés d'une arme à feu, sont ensuite entrés dans la fourrière" poursuit le procureur.

Ce véhicule était impliqué dans les tirs constatés le 25 décembre, au soir ; tirs de riposte à des tirs du 22 décembre 2019, dans la guerre entre le Clan de la tour et le Clan Picardie.

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon

► À lire aussi : Comment les enquêteurs de Besançon ont interpellé sept responsables présumés de la guerre de la drogue à Besançon.

C'est à l'aide d'une bouteille contenant 5 litres d'essence que les individus ont mis le feu au véhicule tant convoité, qui avait été déclaré volé puis retrouvé par les forces de l'ordre à Planoise, grâce au système de géolocalisation de série implanté sur ce type de voiture de luxe : "Les enquêteurs ont réussi à remonter jusqu'aux auteurs présumés grâce à un véhicule qui a été utilisé par les malfaiteurs dans leur fuite lors de l'incendie de la fourrière. Ce même véhicule avait été vu la veille à une station essence, via une caméra de surveillance. Les passagers étaient en train de faire le plein du bidon de 5L".

Le procès en correctionnel concernant ce volet devrait se tenir avant la fin de l'année. Deux autres devraient suivre en 2022, dont l'un porté devant la cour d'assises puisqu'il concerne l'assassinat d'Houcine Hakkar, l'une des nombreuses victimes collatérales de la guerre des dealers, qui sévit à Besançon, notamment dans le quartier Planoise, depuis plusieurs années.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers