CARTE. Fusillades dans le quartier Planoise à Besançon : retour sur plusieurs mois d'incidents

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Belhassen .

Une vaste opération de police, appuyée par le RAID, a eu lieu ce lundi 15 juin dans le quartier Planoise de Besançon. Plusieurs personnes suspectées d'être impliquées dans les dernières fusillades ont été arrêtées. L'intervention fait également suite à une série de faits graves dans ce quartier.

Près de 200 agents de police, des pelotons du RAID et de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) ont été mobilisés tôt, ce lundi 15 juin au matin, dans le quartier Planoise de Besançon (Doubs). Les forces de l'ordre ont mené à bien plusieurs arrestations. Certaines seraient en lien avec la dernière fusillade qui a causé la mort d'un jeune homme de 17 ans, le 17 mai dernier. D'autres concerneraient différents coups de feu qui secouent le quartier depuis fin 2019.

 

L'ampleur inédite de cette intervention a une signification toute particulière dans ce quartier entaché par une multitude d'incidents depuis bientôt huit mois :

 

  • Le 17 mai, mort d'un jeune de 17 ans tué par balle

Le dernier important fait d'armes en date dans le quartier Planoise remonte au 17 mai dernier. En fin d'après-midi, un jeune homme de 17 ans est attaqué par balles en pleine rue, au niveau du 14 avenue de l'Ile-de-France, connu pour être un des points de trafic de drogues.

Le mineur est touché au thorax. Malgré l'intervention des secours et une hospitalisation en urgence au CHU de Besançon, il finit par succomber à ses blessures.

Le tireur présumé a été interpellé moins de 24 heures après la fusillade. Il a été mis en examen pour assassinat. Un passager de la voiture qui avait pris la fuite est également mis en examen pour complicité d’assassinat.

Un couvre-feu après la mort d'un jeune de 22 ans 

 

  • Le 8 mars, mort d'Houcine Hakkar, âgé de 22 ans

Début mars, Houcine Hakkar, 22 ans, avait trouvé la mort touché par balles. Le jeune homme roulait à bord d'une voiture, avenue Siffert, le véhicule était pris en poursuite.

La voiture a été criblée d'une quinzaine d'impacts de balles. Un des passagers du véhicule d'Houcine Hakkar a été blessé dans la rixe.

Deux jours avant le drame, une vingtaine de coups de feu avaient eu lieu, rue de Champagne, dans le même quartier de Planoise.

Le 12 mars, soit quatre jours après la mort d'Houcine Hakkar, le préfet du Doubs avait instauré un couvre-feu pour les mineurs de moins de 16 ans. Celui-ci a pris fin le 4 mai dernier.

 

  • Huit blessés en moins de deux mois

En moins de deux mois, entre le 9 janvier et le 27 février derniers, pas moins de huit personnes ont été blessées dans des fusillades, toujours en lien étroit avec le trafic de drogues.

Certains de ces incidents, qui ont bien failli tourné aux drames, ont concerné des mineurs. Comme le 26 février dernier où deux jeunes âgés de 13 et 17 ans ont été touchés aux jambes par des tirs ciblés.

 

130 voitures brûlées le 31 décembre

 

  • Le 31 décembre, l'incendie de la fourrière de Planoise

En début de matinée, un immense incendie se déclare au niveau de la fourrière de Planoise. Un parking voisin est également touché. En tout, près de 130 voitures prennent feu.

Pendant plusieurs heures, plus d'une centaine de pompiers sont mobilisés pour parvenir à maîtriser le feu. Très vite, l'enquête de la police se dirige vers la piste criminelle. Quatre hommes sont suspectés d'avoir participé au démarrage de cet incendie. Plusieurs interpellations ont eu lieu, dont les dernières datent de début février.

 

  • Des premières fusillades en novembre 2019

Les premiers échanges de coups de feu dans le quartier Planoise remontent en novembre 2019. Le 21 novembre, un jeune homme de 22 ans est transporté en urgence au CHU de Besançon après avoir été touché à quatre reprises par balles, rue Pablo Picasso.

Depuis cette première altercation, plus d'une dizaine de fusillades ont éclaté dans le quartier, qui serait devenu une plaque tournante du trafic de drogues.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité