Guerre en Ukraine : Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, partira à la frontière ukrainienne et appelle aux dons pour venir en aide à la population

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Hienard

Stéphane Ravacley souhaite organiser un convoi pour apporter de l’aide à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne. Connu pour ses combats humanistes, le boulanger de Besançon avait déjà réalisé une grève de la faim pour obtenir la régularisation de son apprenti menacé d'expulsion en 2021.

« Je ne vais pas attendre plus longtemps, je me dois de tout réunir en une semaine et partir mardi 1er ou mercredi 2 mars », lance Stéphane Ravacley. Le boulanger de Besançon avait été fortement médiatisé lors de sa grève de la faim, menée pour obtenir la régularisation de son apprenti. Il se lance désormais dans un autre combat : aider les Ukrainiens, en leur apportant des denrées alimentaires et des couvertures, à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne.

Sa boulangerie comme point de collecte

Pour ce faire, il appelle à la « solidarité de chacun » : « J’aimerais que les gens m’amènent des cartons de vêtements, des cartons d’aliments secs, pâtes, riz et boîtes de conserves et aussi pour les enfants, du lait déshydraté etc. Tout ce qui peut aider les Ukrainiens, même des couvertures, des sacs de couchage… ». Sa boulangerie servira de point de collecte pour les dons : La Huche à Pain, 11 Rue Rivotte à Besançon.

Le projet est lancé mais des questions logistiques se posent encore : « J’ai déjà les chauffeurs, reprend-il. Il me manque encore les camions. » Le boulanger toque à la porte des grandes surfaces, dans l’espoir d’obtenir des « camions de déménagement ».

Une nécessité d’agir face à l'« inaction » de l'Etat

L’idée lui est venue dans la nuit. « Je me suis réveillé ce matin en me disant qu’il fallait faire quelque chose, que tout le monde fasse quelque chose, explique-t-il. Individuellement, j’ai réussi il y a un an, avec la régularisation de mon apprenti. » 

Une nécessité d’agir face à ce qu’il considère être une « inaction » de l’Etat : « Si nous, simples quidams, ne faisons rien, les grands ne feront rien, lâche-t-il, véhément. De toute façon, en France, ce sont les associations qui font, qui protègent, qui nourrissent… Il ne faut rien attendre de l’Etat, parce qu’il ne peut pas tout faire, parce qu’il n’a pas les bras libres. C’est que de la communication de gouvernement. C’est à nous, citoyens, de bouger, de produire les effets que nous voulons, véritablement. »

Le boulanger rappelle, que chacun à son échelle, peut apporter son aide au peuple ukrainien. Il détaille : « J’aimerais encore faire bouger la table, voire renverser la table. On se doit tous d’aider dans des temps comme ceux-là. Et faire un tout petit peu, c’est déjà pas mal. »

Pour effectuer un don, le rendez-vous est donné à La Huche à Pain, 11 Rue Rivotte à Besançon.  Les donateurs peuvent aussi joindre Stéphane Ravacley par mail soutienukraine25@gmail.com.