Ils tendent un guet-apens à leur victime sur la messagerie coco.gg, deux adolescents piégés par les gendarmes dans le Doubs

Deux adolescents de 16 ans ont été interpellés vendredi 19 avril 2024 à Baume-les-Dames (Doubs). Ils avaient tendu une embuscade à leur victime en se faisant passer pour une escort-girl sur le site de rencontres coco.gg mais ce sont les gendarmes qui se sont présentés au rendez-vous.

Deux adolescents de 16 ans qui avaient tendu un guet-apens à un quadragénaire ont été interpellés vendredi 19 avril 2024 à Baume-Les-Dames (Doubs) par une équipe du Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG) de Besançon. 

Cachés derrière un faux profil d'escort-girl, ils avaient donné rendez-vous sur le parking d'un supermarché à leur victime, rencontrée sur le site coco.gg, vraisemblablement dans l'intention de le dépouiller. Même si le mobile exact reste encore à établir, confie à France 3 Franche-Comté le Lieutenant-colonel Damien Mathieu, commandant en second du groupement de gendarmerie du Doubs.

Coups de marteau au premier rendez-vous

Trois jours plus tôt, le mardi 16 avril, l'internaute avait pris contact avec une femme sur le chat gratuit et convenu avec elle d'une relation sexuelle "tarifée". Un premier rendez-vous avait été fixé dans la soirée à Autechaux (Doubs). Arrivé sur place, il avait été attaqué à coups de marteau par un individu qui avait frappé à plusieurs reprises sa voiture. L'homme avait réussi à s'enfuir et avait aussitôt prévenu les gendarmes de Baume-les-Dames. Une plainte avait été déposée pour tentative de vol avec violence.

"Piégés" par les gendarmes

La suite montre que les agresseurs n'avaient pas lâché l'affaire. "Deux jours plus tard, ils ont repris la conversation sur coco.gg avec la victime, avec le même pseudo, raconte le lieutenant-colonel Damien Mathieu. Mais cette fois, ce sont les gendarmes qui sont allés au rendez-vous." 

Les deux adolescents ont été interpellés, placés en garde à vue, puis remis à leurs parents en attendant leur prochaine convocation devant le juge des enfants. 

Ils ont vraiment tendu une embuscade. C'est la copie conforme de ce qu'on a vu à Grande-Synthe. C'est un vrai sujet d'inquiétude parce que les agresseurs sont de plus en plus jeunes. Là, ce sont encore des mineurs. Tous les gendarmes du Doubs ont été sensibilisés.

Lieutenant-Colonel Damien Mathieu, Groupement de gendaremerie du Doubs.

Agressions en série

Coco.gg se trouverait également en effet au cœur du drame de Grande-Synthe (Nord) où un jeune homme de 23 ans a été battu à mort dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 avril 2024. Lors d'une conférence de presse vendredi 19 avril, Charlotte Huet, la procureure de Dunkerque a évoqué le scénario d'un guet-apens tendu via ce site de rencontres. Deux adolescents de 14 et 15 ans ont été mis en examen pour assassinat et placés en détention provisoire.  D'après la magistrate, ils ont déclaré avoir fixé un rendez-vous à la victime en se faisant passer pour "une jeune fille mineure".

Fin 2020, c'est un sexagénaire qui avait été "piégé" sur le "chat" gratuit par deux adolescents de 14 ans. Ils l'avaient attiré sur les rives du lac Kir à Dijon (Côte-d’Or) et l'avaient frappé pour lui extorquer de l’argent. En avril 2022, deux hommes avaient de nouveau été agressés au même endroit suivant le même scénario.

Le 9 janvier 2023, à Besançon, un homme de 33 ans était lui aussi tombé dans un véritable traquenard, rapporte L'Est-Républicain. Il avait rendez-vous avec une femme rencontrée sur le site. Arrivé dans l’appartement, il avait été agressé et détroussé par deux individus cagoulés.

Les alertes de SOS homophobie

Coco.gg "devrait être fermé", a affirmé en fin de semaine dernière Véronique Godet, coprésidente de SOS Homophobie, sur franceinfo. L'association avait déjà pointé du doigt le site pour son implication dans des agressions, notamment des guets-apens homophobes. "Nous avions déjà alerté les pouvoirs publics pour dénoncer l'agression homophobe dont avait été victime Chris à Marseille" en septembre dernier, rappelle Véronique Godet. "Je suis effarée par cette nouvelle affaire. 90% de nos dossiers mettent en cause Coco", assure-t-elle. SOS homophobie avait alors demandé aux pouvoirs publics que des "messages de protection pour alerter" les utilisateurs soient impérativement affichés sur le site.

En septembre 2023, dans la région de Mâcon (Saône-et-Loire), un commerçant de 48 ans était tombé dans une véritable embuscade après des échanges sur coco.gg. Alors qu'il pensait avoir rendez-vous avec un homme, cinq individus étaient sortis d'un champ de maïs, armés de battes de baseball et l'avaient passé à tabac, en le traitant de "sale PD".

"Un véritable repaire de prédateurs"

Les gendarmes du Doubs multiplient les messages de prévention, notamment en direction des plus jeunes. "On fait beaucoup de sensibilisation dans les écoles, les collèges et les lycées, souligne le lieutenant-colonel Damien Mathieu. Il y a les sites de rencontres et il y a aussi les forums de jeux vidéo qui sont souvent détournés à des fins de conversation."

Quand vous engagez une conversation en ligne avec quelqu'un, vous n'avez pas idée de son identité, de son sexe, de son âge ou de ses intentions. Sur ces sites, on voit aussi souvent des pédophiles qui essaient de hameçonner des jeunes filles de 14 ou 15 ans. Les parents doivent redoubler de vigilance.

Lieutenant-colonel Damien Mathieu, Groupement de gendarmerie du Doubs

Coco.gg a cette particularité de garantir l'anonymat total des utilisateurs : "Il n'y a pas de filtre, tout le monde peut s'inscrire, il n'y a pas de modérateur ni de sécurité des conversations. C'est donc un véritable repaire de prédateurs", confirme la coprésidente de SOS Homophobie.