Séries d'agressions à Dijon : le site de chat Coco.fr à nouveau mis en cause

Début novembre, une série d'agressions sur fond de faux rendez-vous coquins a eu lieu à Dijon. Des affaires qui commencent toutes sur Coco.fr, un site à la réputation déjà sulfureuse.

Le site Coco.fr est à nouveau mêlé à des affaires d'agressions en Bourgogne. Le 31 octobre, le 2 et le 5 novembre, une série de "vols ou tentative de vols avec violences" s'est produite à Dijon.

Les victimes entraient en contact avec une femme se faisant passer pour une escort-girl sur le site de chat. "Il y a ensuite un contact téléphonique avec cette femme pour décider d'un rendez-vous. Quand la personne se présente, trois hommes l'attendent. La victime est alors menacée, violentée et dépouillée", détaille Olivier Caracotch, procureur de la République de Dijon. Les trois hommes ainsi que la femme ont été interpellés et seront jugés le 13 décembre. D'ici là, la femme et deux hommes sont en détention provisoire, le troisième homme est en liberté sous contrôle judiciaire.

Des agressions à caractère homosexuel par le passé

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le site Coco.fr est mêlé à des histoires d’agression. En 2022, un homme avait été agressé par plusieurs personnes sur le parking du lac Kir de Dijon. Cet homme homosexuel devait retrouver un autre utilisateur pour une rencontre convenue via le site de chat. Mais le rendez-vous était en réalité un guet-apens.

En septembre 2023, un homme de 48 ans à Mâcon s’est lui aussi fait piéger. Alors qu’il pensait avoir rendez-vous avec un homme après une discussion sur le site Coco.fr, ce sont en fait cinq personnes qui sont sorties d'un champ et l'ont passé à tabac, en le traitant de "sale PD".

À LIRE AUSSI : "  "Ils ont essayé de me tuer" : Alain a été victime d'un guet-apens homophobe près de Mâcon

Un site impliqué dans des affaires de "prostitution de mineurs"

Olivier Caracotch l'avoue, il est difficile de mettre en place des mesures contre Coco.fr. "C’est un site qui est hébergé à l’étranger sur lequel il est très compliqué de vérifier l’utilisation. Mais que ce soit pour de la prostitution ou des guets-apens, ce n’est pas légal. Le simple fait de respecter la réglementation n'exposerait pas à de tels risques", rappelle le procureur de la République de Dijon ce jeudi 9 novembre. 

À LIRE AUSSI : " Il a crié 'mort aux pédérastes' " : y a-t-il un problème d'agressions homophobes au lac Kir ?

"C’est un site qui revient ponctuellement dans des faits de même nature. On le retrouve dans des affaires de proxénétisme avec de la prostitution de mineurs, des procédures d’agressions sexuelles, et d’agressions homophobes", note Olivier Caracotch.

"C’est un site régulièrement utilisé pour la commission d’infraction ou des activités pas très recommandables"

Olivier Caracotch

procureur de Dijon

La Bourgogne n'est pas la seule région concernée. De nombreuses affaires d'agressions aux quatre coins du pays sont en lien avec ce mystérieux site. La plus connue se passe dans le Vaucluse, où un retraité livrait sa femme à des inconnus qu'il engageait sur Coco.fr. Sa compagne, droguée, a été violée à de nombreuses reprises. Les faits se sont produits entre 2011 et 2020.