Cet article date de plus de 4 ans

Loi travail : La tension monte d'un cran à Besançon

CGT, FSU, Solidaires et FO appellaient à un rassemblement à 13 h devant la Préfecture du Doubs. Ils dénoncent "des interpellations sauvages" et l'usage de la force. Jeudi 24 mars, trois personnes ont été interpellées à l'issue d'une nouvelle journée de mobilisation.  

Le rassemblement devant le commissariat de police a été dispersé vers 19 heures
Le rassemblement devant le commissariat de police a été dispersé vers 19 heures © Images amateur
Près de 200 personnes se sont rassemblées dans le calme et sous la pluie en début d'après-midi devant la Préfecture du Doubs. Une délégation a été reçue.

durée de la vidéo: 01 min 41
Loi Travail : la tension monte à Besançon


Que s'est-il passé jeudi en fin de journée ? 


Selon le comité bisontin de mobilisation contre la loi travail, un homme de 30 ans a été interpellé violemment vers 17 heures en pleine rue par la brigade anti-criminalité, avant d'être placé en garde à vue. L'homme aurait reçu une convocation à la police, et aurait été interpellé à 200 mètres du commissariat alors qu'il s'y rendait en compagnie d'une délégation du comité contre la loi travail.

Selon la police, l'homme était recherché dans le cadre d'une plainte pour violence. Le 17 mars dernier, il serait entré dans le lycée Pasteur lors d'une manifestation. Il aurait bousculé des personnels.

Un rassemblement de soutien devant le commissariat a été dispersé par la police vers 19 heures. Le comité de mobilisation dénonce l'usage de matraques, gaz et des faits de violence. Deux personnes, dont le secrétaire général départemental de la CGT, ont été interpellées lors de la dispersion, avant d'être relâchées. 

Le police se refuse à tout commentaire sur les incidents d'hier soir. 

Une étudiante raconte sa version des faits sur la page You Tube de Radio Bip

you tube radio bip intervention commissariat

Des incidents ont émaillé plusieurs manifestations, jeudi, en France

Une quarantaine d'interpellations, des voitures brûlées, des policiers blessés: violences et incidents ont marqué jeudi les manifestations contre le projet de loi travail. Elles ont rassemblé dans toute la France plusieurs dizaines de milliers
de jeunes et salariés. Environ 43.000 personnes ont manifesté, dont 4.800 à 5.200 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.
Une nouvelle journée de mobilisation contre la loi travail est prévue jeudi 31 mars. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers