Quand la crise sanitaire du Covid-19 devient une crise sociale, le Secours Populaire face à un afflux de bénéficiaires

Dans certains secteurs de Franche-Comté, le nombre de bénéficiaires du Secours Populaire est en hausse de près de 30%. Le confinement et la crise économique ont mis des familles dans la précarité. Les associations s'adaptent pour assurer cette aide alimentaire.

© Florence Petit - France Télévisions

Dans le Haut-Doubs, les secteurs d'Audincourt ou Bethoncourt, le nombre de bénéficiaires du Secours Populaire a grimpé de 30% depuis le début du confinement. Certains comités comme celui d'Audincourt lancent d'ailleurs un appel aux dons.

"On voit de nouvelles personnes, de nouveaux foyers, des personnes avec un autre profil, cela peut être des artisans en cessation d'activité, des intérimaires qui n'ont plus de travail, des personnes qui étaient inconnues jusqu'alors par nos services" explique Blandine Polonceau, responsable du Secours populaire du Doubs.

Pour faire face à ces nouveaux besoins, les associations ont du revoir leur organisation. Sur le plan sanitaire d'abord. A Besançon, par exemple le Secours Populaire faisait sa distribution alimentaire sur une seule journée pour près de 200 personnes. Désormais et tout l'été, les bénéficiaires viendront sur rendez-vous, la distribution est étalée sur trois jours.

"Déjà en temps normal, on distribue énormément, mais là avec la crise, nos structures sont très impactées, nous avons énormément de nouvelles demandes sur l'ensemble du territoire et l'ensemble de nos structures, et malheureusement nos dotations n'étaient pas prévues pour autant de personnes à accueillir" ajoute Blandine Polonceau.

© Florence Petit - France Télévisions

Reconstituer des stocks pour faire face à cette nouvelle demande

La Banque alimentaire qui vient en aide à 90 associations a eu moins de produits frais à distribuer durant la crise sanitaire. Car les circuits de ramassages assurés par des bénévoles souvent âgés ont été stoppés quelques temps. Tout est redevenu dans l'ordre explique Arnaud Hincelin, délégué Général Banque Alimentaire Franche-Comté.  Comment faire face à ces nouvelles demandes de personnes en précarité ? ."Pour le moment l'Etat va verser des aides financières, nous avons aussi une aide de l'industrie agrolimentaire pour reconstituer un stock et on relance nos activités de ramasse" précise le responsable.  "C'est tout le challenge des banques alimentaires. Maintenir le stock pendant les mois à venir car pendant cette période (du confinement), on a puisé dans nos produits secs pour pallier à la diminution du ramassage de produits frais" ajoute-t-il.

Pas de journée des oubliés de vacances

La crise sanitaire ne permettra pas au Secours Populaire d'organiser cet été sa traditionnelle journée des oubliés des vacances. "On réfléchit à des petites sorties par groupe de 10 enfants à Osselle ou Vouglans, des journées pique-nique, des choses simples pour sortir les familles qui en ont bien besoin" lance Blandine Polonceau. Les familles ont souffert économiquement, elles sont inquiètes aussi sur le plan de la scolarité des enfants car beaucoup ne sont pas retournés à l'école. "On réfléchit à mettre en place un accompagnement à la scolarité durant l'été" explique le Secours Populaire du Doubs.

 

Aide alimentaire : des besoins de plus en plus importants en Franche-Comté

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie