Racket à l'arme blanche : six mineurs déférés devant la justice à Besançon

Jeudi 30 avril, six jeunes âgés de 15 à 17 ans ont été interpellés à Besançon par les forces de l'ordre en milieu d'après-midi. Quelques minutes plus tôt, ils avaient racketté deux adolescents devant le collège Stendhal, en utilisant une arme blanche. Ils sont actuellement auditionnés au parquet de Besançon.

Nouvelle affaire de violences entre mineurs à Besançon. Jeudi 30 avril, six jeunes, âgés de 15 à 17 ans, se sont rendus devant à la sortie du collège Stendhal vers 16h. Selon la police, "ils auraient alors abordé deux adolescents pour les racketter à l'aide d'un couteau". Sous la menace, les victimes leur auraient donné différents effets personnels comme une montre, des écouteurs sans fil et une veste.

Les forces de l'ordre ont été appelées dans la foulée. "Après visionnage des caméras de surveillance, nous avons pu identifier les agresseurs et tracer leur parcours afin de procéder à leur interpellation" apprend-on du côté de la police, interrogée par France 3 Franche-Comté. Vers 16 h 30, les six mineurs ont pu être appréhendés du côté de la gare Viotte. Ils ont ensuite été placés en garde à vue.

Auditions en cours

Lors de leur interpellation, la police a retrouvé un petit couteau, les effets précédemment dérobés et plusieurs cartouches à blanc de calibre 9 mm. "Les explications des jeunes étaient floues" ont confié les forces de l'ordre. "Ils nous ont dit avoir trouvé ces cartouches un peu plus tôt dans la journée". Une enquête a été ouverte pour "vol avec arme en réunion" et confiée au parquet de Besançon, qui mène actuellement les auditions des six jeunes agresseurs.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité