Transition écologique : des associations demandent à la ville de Besançon d'être plus volontariste

© I.Brunnarius
© I.Brunnarius

Les élus du conseil municipal de Besançon ont été accueillis symboliquement par une haie d'honneur de cyclistes ce lundi après-midi avant le début de leur séance. Des associations de Besançon demandent aux élus bisontins de signer une lettre d'engagement contre les changements climatiques. 

Par Isabelle Brunnarius

L'Association Vélo Besançon, France Nature Environnement, Alternatiba, Zéro Déchets Besançon, Vélocampus , Trivia'l Compost, La CPEPESC, Commission de Protection des eaux, la Pive reconnaissent les actions de la collectivité en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique mais leurs militants estiment que "vu l'énorme retard et face à l'ampleur du phénomène climatique, ces actions sont largement insuffisantes." 

Les militants ont demandé à chaque élu de signer une "lettre d'engagement contre les changements climatiques". Ils rappellent que, selon, le climatologue Jean Jouzel, membre du GIEC, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat, "nous avons trois ans pour agir et inverser la courbe des émissions de CO2 et éviter que la température moyenne de la Terre ne s'élève au delà de 1.5°C"

L'idée de cette "haie d'honneur" a germé à l'issue des manifestations pour le climat qui ont eu lieu récemment à Besançon en septembre puis en octobre. Plus de mille personnes avaient à chaque fois participé à ces mobilisations. 
 


Les participants à ces rassemblements ont demandé aux organisateurs de saisir les hommes politiques pour qu'ils agissent encore pour lutter contre le réchauffement climatique d'où l'idée de Thomas Henry (AVB) de demander à chaque élu de s'engager en signant cette charte. 

Cinq élus ont signé : Patrick Bontemps, adjoint au maire Groupe socialiste et société civile, Jacques Grosperrin, Les Républicains société civile, Michel Oumouri,Les Républicains société civile,  Remi Sthal, Groupe socialiste et société civile et Anthony Poulin, Groupe EELV et société civile. 
 
Anthony Poulain, conseiller municipal de Besançon délégué à la Vie étudiante, Modes doux et Maison de la Mobilité, Groupe Europe Ecologie les Verts et Société Civile signe la lettre d'engagement. / © IB
Anthony Poulain, conseiller municipal de Besançon délégué à la Vie étudiante, Modes doux et Maison de la Mobilité, Groupe Europe Ecologie les Verts et Société Civile signe la lettre d'engagement. / © IB


Un positionnement individuel qui ne reflète pas forcément le point de vue des groupes politiques. Anne Vignot, maire-adjoint chargé du Développement durable,Environnement, cadre de vie et transition énergétique et Christophe Lime, maire adjoint chargé de l'eau et de l'assainissement, avec les membres de l'intergroupe EELV, PCF, PS et Société civile, n'ont pas signé car "ils ne pourront pas tenir l'engagement demandé par les militants". Un exemple mis en avant par Anne Vignot :

"si la ville passait tout ses bâtiments aux normes BBC pour baisser la consommation d'énergie, il faudrait un budget de 15 millions d'euros chaque année jusqu'en 2050"


détaille l'élue. Réplique de Thomas Henry. "Tout est une question d'arbitrage. Beaucoup d'argent est dépensé dans la voirie...Mais on ne dit pas que cela va être facile !". 

Dans une lettre, les élus de l'intergroupe EELV, PCF, PS et Société civile, rappellent leur "engagement quotidien" et partagent "l'impératif d'amplifier" leur action. Quant au maire Jean-Louis Fousseret, il a préféré accéder à la salle du conseil municipal par derrière et il a rappelé aux quelques militants qui l'attendaient que "Besançon était la capitale de la biodiversité". 
 
Jean Louis Fousseret, maire de Besançon LREM face aux militants environnementaux / © IB
Jean Louis Fousseret, maire de Besançon LREM face aux militants environnementaux / © IB


Une fois de plus, il s'agit bien de savoir où placer le curseur de l'action. Au cours de cette haie d'honneur, la discussion s'est engagée. Elus et militants devraient se revoir. Quant aux manifestants, ils ont prévu de défiler de nouveau le 8 décembre, jour d'une marche mondiale pour le climat.
 

Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus